Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Affrontements entre narcotrafiquants dans les camps de Tindouf 




La Colombie est un état disposant de tous les atouts d’un Etat : Parlement, armée, forces de l’ordre et  tout le reste. Dans ce pays, un seul homme, Pablo Escobar, faisait la pluie et le beau temps avec ses acolytes et spahis organisés en cartel s’adonnant au tout lucratif trafic de drogue mettant aux abois plus d’un gouvernement dans ce pays.
Les méthodes de Pablo ont été copiées par certains dignitaires du Polisario qui s’adonnent à un commerce similaire à celui du Colombien. Même si dans le grand Sahara on n’arrive pas à égaler les faramineux bénéfices réalisés en Colombie, les gains sont énormes et les conditions de ce commerce sont moins contraignantes qu’en Amérique du Sud. Ici, le plus grand inconvénient, c’est la concurrence. En effet, de nombreuses bandes évoluant sous la protection de l’un ou l’autre des chefs du Polisario, se disputent ce marché et les affrontements quotidiens au milieu des tentes plantées dans les différents camps de Tindouf, sèment la terreur parmi les populations séquestrées.
Les derniers affrontements, en date ont eu lieu à quelques pas du convoi du chef du Polisario Brahim Ghali, qui effectuait "une visite de prospection" dans le camp dit "Aousserd", à Tindouf. "Une scène digne du Chicago de la prohibition devant laquelle les miliciens sont restés cois  et qui en dit long sur le niveau élevé d'insécurité qui règne dans les camps", rapporte un site proche du Polisario dont le reporter était présent sur place.
Les affrontements ont eu lieu lorsque  l’un des protagonistes, un Escobar local, apprend que son stock de stupéfiants qui devait être acheminé vers le nord du Mali via un couloir terrestre algéro-mauritanien, avait été volé à son domicile par les hommes de main de l’un de ses concurrents. Aussitôt informé, il a convoqué ses lieutenants et alliés pour  mener une razzia dans la  circonscription d'Agouinit, dans le camp d'Aousserd, et siège de la bande de son concurrent suspecté d’avoir dérobé la marchandise. Lequel concurrent, sur ses gardes,  s’était entouré de ses  proches " relate ledit média. "Le camp s'est transformé tout d'un coup en théâtre de combat réel où ont été utilisés différents types d'armes blanches". Des coups de feu ont même été entendus, comme en témoigne une vidéo diffusée par le site en question.
Des cris de femmes fusent au milieu des affrontements où les gangs rivaux ont usé d'attaques aux voitures-bélier, mettant en danger la vie des habitants qui ont eu la malchance de se trouver sur leur chemin.
Si la Colombie, malgré son organisation et ses capacités, avait été essoufflés par son Pablo qui était unique, que ferait le Polisario qui bat le record des ‘’Pablo’’  et dont les moyens sont plus ou moins limités ?
 

Ahmadou El-Katab
Lundi 10 Juillet 2017

Lu 766 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs