Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Affrontements entre manifestants et policiers près du Parlement ukrainien

Ils étaient 20.000 à battre le pavé




Affrontements entre manifestants et policiers près du Parlement ukrainien
Des affrontements opposant policiers et manifestants ont éclaté mardi matin à Kiev, alors que plus de 20.000 manifestants se dirigeaient vers le Parlement qui devait examiner une réforme constitutionnelle réduisant les pouvoirs présidentiels.
Les policiers ont tiré sur les manifestants des balles en caoutchouc et des grenades assourdissantes et ont eu recours au gaz lacrymogène, après des jets de pavés, vers 08H30 GMT, ont constaté des journalistes de l'AFP.
Il s'agit des premiers affrontements à Kiev depuis ceux de la fin janvier qui avaient fait quatre morts et plus de 500 blessés. 
Les milliers de manifestants se sont arrêtés à 200 mètres du Parlement, bloqués par les cordons des troupes de l'Intérieur et des policiers anti-émeute.
Le service d'ordre de l'opposition sur Maïdan, la place de l'Indépendance, occupée depuis près de trois mois par les manifestants hostiles au régime du président Viktor Ianoukovitch, tentait d'éviter une confrontation directe entre les manifestants les plus radicaux et les policiers.
"Notre objectif est d’encercler le Parlement, de le bloquer pour ne pas laisser les députés nommer un Premier ministre "russe"", a déclaré sur place Andriï Paroubiï, responsable du Maïdan, également député du parti Batkivchtchina de l'opposante emprisonnée Ioulia Timochenko.
Selon son entourage, le président Ianoukovitch pourrait présenter dès mardi un nouveau Premier ministre. Mais les députés doivent surtout étudier une réforme constitutionnelle demandée par l'opposition et réduisant les pouvoirs du président au profit de gouvernement et du Parlement.
"Nous organisons une offensive pacifique à l'égard du Parlement. L'opposition n'y dispose que de 169 députés (sur 450, ndlr), ce qui n'est pas suffisant mais j'espère que les représentants de la majorité vont comprendre qu'ils doivent apporter leurs voix pour résoudre la question de la réforme constitutionnelle", a déclaré à la presse le chef du parti nationaliste Svoboda (Liberté), Oleg Tiagnybok.
Les militants du Secteur droit, groupe radical à l'origine de jets de pavés et de cocktails Molotov contre les policiers fin janvier, ont aussi annoncé une "mobilisation" mardi.
L'opposition a accusé le pouvoir ukrainien de céder aux pressions de Moscou, depuis que M. Ianoukovitch a renoncé en novembre à signer un accord d'association avec l'Union européenne, pour se tourner vers la Russie. "Au lieu de remplir les exigences du Maïdan, le pouvoir remplit les exigences du Kremlin. Nous ne les laisserons pas faire", a promis Andriï Paroubiï sur son blog, refusant de "vendre notre indépendance pour 15 milliards de dollars". 

AFP
Mercredi 19 Février 2014

Lu 588 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs