Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Affrontements entre groupes armés autour de l'aéroport de Tripoli

Vols suspendus jusqu’à nouvel ordre sur la capitale libyenne




Affrontements entre groupes armés autour de l'aéroport  de Tripoli
Des groupes armés s'affrontaient dimanche dans la capitale libyenne pour le contrôle de l'aéroport de Tripoli, illustrant la lutte d'influence entre libéraux et islamistes dans ce pays miné par l'anarchie depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011. Cette nouvelle escalade des violences coïncide avec une réunion des chefs de la diplomatie des Etats voisins de la Libye, prévue dimanche à Hammamet en Tunisie pour chercher les moyens de "soutenir" ce pays en proie au chaos. 
Quelques heures avant le déclenchement des hostilités à Tripoli, les Etats-Unis avaient mis en garde contre "un conflit généralisé en Libye". L'attaque contre l'aéroport a été revendiquée par des milices islamistes qui se disent déterminées à chasser les brigades de Zenten de Tripoli, où elles contrôlent plusieurs sites dans le sud de la capitale, dont l'aéroport. 
 "Les vols ont été suspendus jusqu'à nouvel ordre", a précisé cette source. Des tirs d'armes lourdes étaient entendus depuis le centre-ville et il est fait état de colonnes de fumée s'élevant au-dessus du périmètre de l'aéroport. De récents appels avaient été lancés sur les réseaux sociaux par des milices islamistes pour "libérer la capitale" des ex-rebelles de Zenten, une ville située à 170 km au sud-ouest de la capitale. 
L'attaque contre l'aéroport a été revendiquée notamment par la Cellule des opérations des révolutionnaires de Libye, composée de milices islamistes considérées comme le bras armé du courant islamiste dans le pays. Les ex-rebelles de Zenten contrôlent l'aéroport de Tripoli depuis la chute de Kadhafi. Bien implantés dans la capitale, ils contrôlent aussi plusieurs sites militaires sur la route entre Tripoli et l'aéroport. Hostiles aux islamistes, ils sont considérés comme le bras armé du courant libéral, et sont parmi les brigades les plus disciplinées et les plus armées de Libye, dépendant officieusement du ministère de la Défense. 
Incapables de construire une armée professionnelle, les autorités de transition ne parviennent pas en effet à dissoudre ou au moins désarmer ces groupes d'ex-rebelles qui font la loi dans le pays. Profitant de la faiblesse des autorités, Khalifa Haftar, un général dissident, appuyé par des unités de l'armée, a lancé le 16 mai une opération contre les milices "terroristes" dans l'est du pays.  Depuis, des affrontements quasi-quotidiens opposent ses forces aux groupes islamistes, en particulier à Benghazi, chef-lieu de l'Est libyen et fief de groupes radicaux. 
Les brigades de Zenten avaient exprimé leur appui à l'opération du général Haftar, que les islamistes accusent pour leur part de mener un coup d'Etat.  

AFP
Lundi 14 Juillet 2014

Lu 247 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs