Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Accrochage entre l’armée mauritanienne et des narcotrafiquants en provenance des camps de Tindouf


Les autorités de Nouakchott créent des zones militaires interdites d’accès



Conscientes du danger que représente la prolifération des bandes criminelles organisées qui ont investi les camps de Tindouf et  de la rapidité avec laquelle ces bandes se déplacent sillonnant le vaste Sahara où les frontières sont quasi-inexistantes, les  autorités mauritaniennes ont annoncé, mercredi dernier, la création de zones militaires interdites d’accès dans le Nord et le Nord-Est du pays, mettant en garde ceux qui s’y aventureraient au risque d’essuyer les tirs de l’armée. 
Le communiqué du ministère de la Défense fixe les limites de ces zones qui se trouvent à quelques encablures des camps de Tindouf et  qui sont particulièrement bien connues du Polisario et de ses alliés.
Cette mesure a été dictée, selon le ministère, par l’impossibilité de faire la différence entre les citoyens et les trafiquants. 
«Toute personne qui s’aventurerait dans cette zone, précise le communiqué, s’exposera, selon les lois en vigueur, aux tirs, sans sommation de l’armée». 
Plusieurs Mauritaniens se sont rendus dernièrement dans cette zone à la recherche de l’or et ont fait l’objet de poursuites de la part des militaires. 
Cette région avait déjà été déclarée ces dernières années zone militaire interdite alors qu’un trafic important y florissait, combattu par l’armée qui a réussi à arrêter des trafiquants et saisir d’importantes quantités de drogue et d’armes. 
Dans cette même zone, des groupes armés affiliés à AQMI avaient attaqué l’armée mauritanienne et tué des soldats. 
A peine les autorités militaires avaient-elles publié leur communiqué que des accrochages avec  des trafiquants ont eu lieu nécessitant l’intervention des forces aériennes mauritaniennes.
En effet, dans une tentative de rallier le Nord du Mali, quatre véhicules  transportant des trafiquants armés jusqu’aux dents provenant des camps de Tindouf  ont été accrochés par des unités de l’armée mauritanienne dans la zone militarisée objet dudit communiqué. 
Armés de missiles RPG, de fusils d’assaut et de différentes  autres armes, les passagers des quatre véhicules n’avaient pas hésité à attaquer les militaires mauritaniens qui ont fait appel  à l’aviation.  
Les trafiquants ont toutefois réussi à se faufiler parmi des orpailleurs, dans la zone de Lemzarrab située dans l’extrême Nord de la Mauritanie à la frontière avec l’Algérie. 
Il est de notoriété publique que la plupart des trafiquants qui sillonnent ces zones depuis plusieurs années jouissent de la protection des chefs des « régions militaires » du Polisario, implantés çà et là dans le vaste désert.
 

Ahmadou El-Katab
Mardi 18 Juillet 2017

Lu 2912 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs