Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Accord historique aux Philippines avec le MILF

De nombreuses embûches doivent être surmontées




Accord historique aux  Philippines avec le MILF
Le président des Philippines et le dirigeant du principal mouvement séparatiste musulman ont signé jeudi à Manille un accord de paix historique qui doit mettre fin à l'une des guérillas les plus longues et les plus meurtrières d'Asie.
"Cet accord détaillé sur (la région) Bangsamoro couronne notre combat", a déclaré Mourad Ebrahim, le chef du Front moro islamique de libération (MILF). Bangsamoro désigne un territoire musulman dans cette région du monde.
Le MILF a promis de déposer les armes, en échange de la création d'une région autonome dans le sud de l'archipel, sur l'île de Mindanao, un territoire largement musulman dans un pays catholique à 80%.
Cette cérémonie officielle est le point d'orgue de longs mois de négociations entre le mouvement rebelle et les représentants du gouvernement, sous l'impulsion du président Benigno Aquino.
Les cinq millions de musulmans philippins (sur une population proche de 100 millions) considèrent le Sud comme leur terre ancestrale et le MILF a mené la lutte pour l'indépendance, avant d'accepter au final la création d'une région autonome.
Les négociations entre représentants du gouvernement et du MILF avaient franchi leur dernière étape en janvier dernier. La rébellion a démarré dans les années 70 et coûté quelque 150.000 vies, devenant ainsi une des plus longues et des plus meurtrières en Asie
Mais le MILF, le gouvernement et les observateurs indépendants soulignent qu'une paix durable est loin d'être garantie et que de nombreuses embûches doivent être surmontées d'ici à mi-2016, fin du mandat unique de Benigno Aquino.
Rien n'indique que son successeur sera aussi enclin à négocier avec la rébellion.
Parmi ces obstacles, d'autres groupes de guérilla, dont les Combattants islamiques pour la liberté de Bangsamoro (BIFF), pourraient chercher à faire dérailler les accords en lançant des attaques dans le sud.
Ses forces se résument à quelques centaines de combattants mais ses attaques en 2008, en plein processus de paix, avaient tué 400 personnes. Le BIFF sert de refuge aux combattants du MILF qui rejettent les accords de paix. 
Autre groupe rebelle dissident, le MNLF, rival du MILF, qui avait conclu un premier accord avec Manille en 1996, largement considéré comme un échec.
En septembre dernier, ses sympathisants ont attaqué une grande ville de Mindanao afin de ternir les pourparlers. Le siège avait duré plusieurs jours et laissé plus de 220 morts.
La méfiance entre gouvernement et membres du MILF, toujours vivace malgré des années de négociations, pourrait aussi enrayer la machine.
Pour que l'accord entre en application, le Congrès doit voter une "loi fondamentale".
Or des responsables politiques catholiques du Sud sont opposés à cet accord de paix, qui pourrait les marginaliser. Ils chercheront à repousser cette loi au Parlement, prévient Jesus Dureza, négociateur en chef lors des pourparlers en 2001/2002.
 

AFP
Vendredi 28 Mars 2014

Lu 104 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs