Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Abdelkrim Madoun : La vision stratégique du CSFERS prévoit le recrutement et la formation de 15.000 enseignants-chercheurs d'ici 2030




La vision stratégique du Conseil supérieur de l'éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS) prévoit, à court terme, un plan d'action pour le recrutement et la formation de 15.000 enseignants-chercheurs d'ici 2030, a relevé, mardi à Rabat, Abdelkrim Madoun, membre du Conseil.
Cette vision porte sur l'augmentation de la part du PIB consacrée à la recherche scientifique pour atteindre 1% à court terme, 1,5% en 2025 et 2% en 2030, a-t-il fait savoir lors du Forum de la MAP, organisé sur le thème ''Vision stratégique 2015-2030 : Pour le développement de l'innovation et de la recherche scientifique''.
Dans un exposé sur les fondements de la mise à niveau du système de la recherche scientifique, M. Madoum a précisé que le premier acte concerne la formation des chercheurs en vue de leur permettre d'acquérir des compétences en matière de communication et de mise en œuvre de projets et d'activités pour développer des compétences générales en matière de recherche et d'innovation, tout en tirant profit de l'expertise des professeurs de l'enseignement supérieur, le but étant de combler le déficit en matière de formation, d'encadrement et de recherche, d'assurer les conditions à l'exercice de la liberté intellectuelle et académique au sein des universités et d'ouvrir ce domaine aux potentialités innovantes.
Ce fondement vise également à vulgariser et mettre en valeur la culture de la recherche depuis l'enseignement primaire et à agréer les études et les formations post-doctorat, à mettre en place un système d'évaluation à travers la gestion du parcours professionnel des professeurs-chercheurs au niveau des universités, et de le lier à la production, à la recherche scientifique et à la rentabilité, à inclure dans les textes régissant le statut du corps enseignant une définition unifiée de la profession du professeur-chercheur englobant l'ensemble des compétences des professeurs-chercheurs dans toutes leurs dimensions, et consacrant l'indépendance de l'initiative dans les domaines de la pédagogie de la recherche et de l'innovation.
Le deuxième fondement relatif à l'encouragement de la recherche scientifique porte sur la mise en place d'un système de compétitivité dans le domaine de la recherche scientifique et de réseaux de compétences dans les questions revêtant une priorité nationale et de les consolider par l'embauche de compétences étrangères contractuelles, la création de pôles d'excellence dans les domaines du savoir, de la recherche et de l'innovation en vue de consacrer les réalisations scientifiques et la mise en place d'un système d'indemnité-rendement en vue d'encourager l'excellence des chercheurs et de faciliter la mobilité des chercheurs marocains sur les plans national et international, a-t-il expliqué.
Quant au 3ème fondement, il s'articule autour de l'augmentation progressive de la part du produit intérieur brut (PIB) alloué à la recherche scientifique, l'incitation fiscale des entreprises qui produisent des recherches scientifiques, en partenariat avec l'université ayant une importance économique et sociale pour le pays, a ajouté M. Madoum, mettant l'accent également sur le renforcement du Fonds national de soutien à la recherche scientifique et à l'innovation.
Le 4ème fondement a trait à la mise en place d'un système de gouvernance et de gestion rationnelle avec des indices précis pour le suivi et l'évaluation de l'innovation et de la recherche scientifique et technique, accompagné d'un système similaire pour la recherche dans le domaine des sciences humaines, sociales, les arts et les lettres, compte tenu de leur importance dans la mise à niveau du capital humain et le développement du Royaume, a relevé l'expert marocain, ajoutant que la vision stratégique de la réforme de l'enseignement 2015-2030 prône l'unification des méthodes de supervision et de coordination entre toutes les parties et les institutions concernées par cette question, l'allocation de fonds suffisants et l'encouragement des projets de recherches pour contribuer au développement du pays.
Cette rencontre, à laquelle étaient également invités Abdellatif Miraoui et Abdelkbir Bellaouchou, membres du CSEFRS, a permis de débattre des enjeux de la réforme de l'école marocaine en matière d'innovation et de recherche scientifique tels que déclinés dans la vision stratégique du CSEFRS.
Ce Forum au cours duquel les invités ont présenté la vision du CSEFRS devant permettre à l'école de participer, à travers une nouvelle architecture pédagogique fondée sur l'encouragement de la recherche scientifique et l'innovation, à l'évolution de la société marocaine d'une société de consommation des connaissances vers une société productrice du savoir, est le cinquième d'une série de six rencontres, entamées le 15 septembre avec le président du Conseil, Omar Azziman, pour présenter les grandes lignes de la vision stratégique que propose le CSEFRS pour faire de l'école marocaine une école de l'équité, de la qualité et de la promotion.

Vendredi 16 Octobre 2015

Lu 881 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs