Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Abdelkrim Benatiq : Le drame humanitaire syrien ne doit pas constituer un élément de pression ou de chantage dans le cadre de l’agenda bilatéral




Le ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé des Marocains résidant à l'étranger et des Affaires de la migration, Abdelkrim Benatiq, a exhorté, jeudi à Rabat, l’Algérie et le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) à assumer leur responsabilité à l’égard des réfugiés syriens sur le territoire algérien.
S’exprimant lors d’une rencontre de communication avec des associations et des organisations de la société civile sur la situation des migrants syriens sur la zone frontalière maroco-algérienne, il a mis l’accent sur la responsabilité conjointe et collective de la communauté internationale vis-à-vis des réfugiés syriens, soulignant, à cet égard, la nécessité pour l’Algérie d’être un partenaire en la matière, «ce qui n’est pas le cas actuellement».
S’agissant des 54 ressortissants syriens ayant tenté, entre les 17 et 19 avril courant, d’accéder de manière illégale au Maroc à partir du sol algérien, le ministre délégué a tenu à préciser que ces personnes «se trouvent sur le territoire algérien et non  sur la frontière» avec le Maroc.
Dans ce contexte, il s’est demandé comment il se fait que ces réfugiés se déplacent sans le contrôle et la connaissance des autorités algériennes. S’agit-il d’un mouvement migratoire lié à «un contexte politique» ou existe-t-il un groupe spécialisé dans le trafic migratoire qui exploite la situation de ces migrants ?, s’est-il encore interrogé.
Il a fait savoir, à cet égard, que des images satellite démontrent que cette opération «a été organisée par le biais de moyens de transport, ce qui fait qu’il est difficile qu’elle ne soit pas contrôlée par l’Algérie».
Selon des chiffres des associations de la société civile, 12.000 réfugiés syriens se trouvent sur le territoire algérien, dont 1.500 se préparent pour entrer au Maroc en cas de réussite de la tentative du groupe des 54 réfugiés, a-t-il expliqué, ajoutant que le Royaume, qui n’accepte pas de promouvoir l’immigration illégale et de mettre en péril la stabilité de ses frontières, a décidé de ne pas accepter «ces flux illégaux préparés à l'avance».
Le Maroc est disposé à recevoir et à examiner les demandes des réfugiés syriens installés en Algérie désirant entrer sur son territoire, mais en prenant en considération les dispositions sécuritaires et la loi sur la migration au Maroc, a dit M. Benatiq.
Le ministre délégué a affirmé que le Maroc n’utilise pas le dossier de l’immigration comme élément de pression dans le cadre de l’agenda bilatéral, assurant que le Royaume assume pleinement sa responsabilité en la matière et cherche des partenaires crédibles mais «nos voisins ne sont pas disposés à être des partenaires», a-t-il déploré.
Abdelkrim Benatiq a, en outre, mis en avant l’importance du partenariat avec les associations de la société civile pour traiter les sujets liés aux Marocains résidant à l’étranger et mettre en place la politique migratoire.
Dans un communiqué, publié samedi dernier, le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a affirmé que l’Algérie doit assumer sa responsabilité politique et morale à l’égard de la situation des migrants syriens sur la zone frontalière maroco-algérienne.
Le drame humanitaire que vivent ces populations syriennes ne devrait pas constituer un élément de pression ou de chantage dans le cadre de l’agenda bilatéral, a relevé le ministère.
Il a, en outre, précisé que la première phase de l'opération exceptionnelle de régularisation de la situation de séjour des étrangers, conduite du 2 janvier au 31 décembre 2014, avait permis la régularisation de la situation de plus de 5000 Syriens représentant 23% de l’effectif global.
Il a aussi rappelé qu’à l’initiative de S.M le Roi Mohammed VI, les autorités marocaines ont mis en place, depuis 2013, une Stratégie nationale d’immigration et d’asile visant à assurer une meilleure intégration des immigrés et une meilleure gestion des flux migratoires dans le cadre d’une politique cohérente, globale, humaniste et responsable.

Samedi 29 Avril 2017

Lu 1055 fois


1.Posté par DR IDRISSI MY AHMED le 28/04/2017 19:37
Bravo et c’est ça l'esprit du socialisme,
de l'islam et de l'humanitaire , la voie de la paix et du salut universel .

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs