Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Abdelkrim Benatiq : La langue, un facteur de préservation de l’identité et de la sécurité spirituelle des Marocains




Intervenant lors de la rencontre organisée à Rabat pour la présentation de l’étude d’évaluation du programme d’enseignement de la langue arabe et de la culture marocaine aux enfants des Marocains résidant à l’étranger, Abdelkrim Benatiq, ministre délégué chargé des Marocains résidant à l’étranger et des Affaires de la migration, a salué les efforts consentis pour prodiguer l’enseignement de la langue arabe, qui est un facteur de préservation de l’identité et de la sécurité spirituelle des citoyens marocains, soulignant l’importance d’examiner les mécanismes de coordination entre les différents acteurs pour le développement des programmes.
Pour sa part, Omar Azziman, président du Conseil supérieur de l’éducation, de la Formation professionnelle et de la Recherche scientifique et président délégué de la Fondation Hassan II des Marocains résidant à l’étranger , a passé en revue l’expérience de l’enseignement de la langue arabe aux enfants de la communauté marocaine résidant à l’étranger, depuis les années 1970, et les différentes études visant à évaluer l’expérience du point de vue qualité, résultats, organisation, gestion et interaction avec l’entourage, ce qui a permis d’entreprendre plusieurs ajustements. Il a souligné que l’enseignement des langues exige un cadre scientifique, pédagogique et référentiel, notamment quand il s’agit de l’enseignement des langues du pays d’origine à l’extérieur de son environnement, dans les pays de résidence.
De son côté, le secrétaire général de la Fondation Hassan II pour les Marocains résidant à l’étranger, Abderrahmane Zahi est revenu sur le rôle assuré par cette fondation en matière d’enseignement de la langue arabe aux enfants des MRE, en coordination et concertation avec l’ensemble des parties intervenantes. 
Il a également noté que ce type d’enseignement s’effectue soit au sein des établissements scolaires publics, pendant les horaires de scolarisation (intégré/14%), en dehors de ces horaires (différé/56%) ou en dehors de ces établissements et de ces horaires (parallèle/près de 30%), a-t-il expliqué, ajoutant que ces modes d'enseignement s’ouvrent sur les enfants des autres communautés.
Quant à Mohamed Hassad, ministre de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, il a insisté sur la nécessité de continuer à assurer et développer l’enseignement de l’arabe pour les enfants de la communauté marocaine à l’étranger, en recourant notamment à l’e-learning pour toucher différents pays, étant donné le manque enregistré au niveau des ressources humaines.

Libé
Lundi 19 Juin 2017

Lu 944 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs