Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

A l’occasion de la restauration de leur Kasbah historique : Les Izerguiyine accueillent les représentants des tribus sahariennes




A l’occasion de la restauration de leur Kasbah historique  : Les Izerguiyine accueillent les représentants des tribus sahariennes
Construite en 1855, la kasbah des Izerguiynes servait de base arrière et de quartier général aux membres de la tribu pendant les années de grands rezzous qu’avait connus la zone saharienne d’Oued Noun à l’actuel Azawad. Elle avait accueilli de nombreux résistants aux envahisseurs européens qui établissaient leurs comptoirs, le long de la côte. En 1945, la région avait connu de fortes inondations qui eurent raison de cette Kasbah située à une quarantaine de kilomètres au nord de Laâyoune. Les Espagnols qui avaient fondé le village de Daoura, du nom de l’oasis où se trouvait la kasbah, dans une tentative de faire oublier l’existence de celle-ci, auront subi un autre échec, à travers cette cérémonie.
La kasbah, longtemps oubliée, personne n’en entendit plus parler jusqu’au jour où les différentes composantes de la tribu décidèrent de restaurer l’unité de la tribu dont les éléments étaient dispersés pour raisons politiques et économiques. Ils décidèrent, en même temps, de restaurer cette kasbah symbole du poids de la tribu sur le plan local et des liens qui ont existé, au cours des siècles avec le Trône alaouite, démentant ainsi la propagande selon laquelle le Maroc est un intrus qui vient occuper une terre étrangère.
Lors de cette cérémonie à laquelle ont assisté plus de 4.000 personnes et où étaient représentées toutes les tribus sahariennes aux côtés des représentants des populations de la ville de Laâyoune, les Izerguiyne ont procédé à la lecture d’une lettre qu’ils considèrent comme celle de la concorde, de la solidarité et de la défense de l’intégrité territoriale et de l’unité nationale du pays.
Cette tentative de ranimer la fibre patriotique des Sahraouis en leur rappelant les liens qui les ont toujours unis au Maroc, durant des siècles, n’étaient pas pour plaire aux séparatistes de l’intérieur qui ont fait du porte-à-porte dans la ville de Laâyoune, distribuant des tracts dénonçant cette initiative la traitant de féodale et télécommandée par les services marocains.
Les organisateurs estiment que ces tracts n’ont fait que consolider l’unité des participants qui sont venus très nombreux et invitent les autres tribus à agir de même pour lutter contre le séparatisme, nous déclare Ayach Duihi, un jeune Izerguiyne.

Ahmadou El-Katab
Mercredi 16 Mai 2012

Lu 836 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs