Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

A cause de la sécheresse et du coût élevé de l'opération : Des milliers de paysans renoncent à labourer leurs terres à Tafraout




A cause de la sécheresse et du coût élevé de l'opération : Des milliers de paysans renoncent à labourer leurs terres à Tafraout
Après plusieurs jours de mauvaises  conditions météorologiques, D'Ahmed ou Ali, un fellah du village d'Ighir Wouriz, dans la commune de Tassrirt, profite du beau temps pour labourer sa terre. Mais, contrairement à l'année agricole écoulé, ce vieux  paysan de 72 ans décide cette fois-ci de ne cultiver qu'une dizaine de lopins se trouvant dans les périmètres les plus proches de son douar. Et ce, bien que le pluviomètre ait enregistré dans la région un record inédit de 190mm en l'espace seulement de deux semaines. C'est que la culture de l'orge, qui se trouve être la seule culture céréalière  pratiquée dans les zones bour dans la région de Tafraout, est de plus  en plus abandonnée par les fellahs.
Depuis une décennie, les surfaces des  terrains labourés ne font que diminuer  comme une peau de chagrin. Les statistiques établies par  les services compétents du Centre des travaux agricoles de Tafraout, sont tristement éloquentes à ce propos. Sur les 6000 hectares labourables que compte la région, on constate que seulement 3200ha  ont été mis en orge lors de la dernière campagne agricole. Pour l'actuelle  campagne, le chiffre a  encore  accusé une nouvelle baisse à tel point qu'on a pu comptabiliser plus de  3900 ha  de la superficie totale labourable laissés en jachère.  « C'est trop  », commente-t-on auprès de la direction CTA. La désaffection des fellahs pour cette culture a ses raisons.

Sur les 6000 hectares
labourables, plus de 3900
laissés en jachère

En voici la première : la sécheresse et les pluies qui ne viennent jamais à temps. D'Amoh  Amnzouy, un petit fellah dans la commune de Tassrirt, nous explique : « Près de cinq années  successives, je laboure  assidûment mes terrains, mais la récolte ne vient jamais. Même lorsque le ciel devient généreux, les pluies arrivent souvent tardivement au moment où elles ne sont plus  d'aucune utilité  pour les cultures. Voilà, depuis, j'ai décidé de ne plus m'y aventurer ». D'autres paysans évoquent d'autres causes. Comme la prolifération de sangliers qui  s'attaquent aux cultures.
A chaque campagne agricole, les paysans perdent 20 à 30% des récoltes à cause de ce phénomène, nous renseigne la présidente   d'une coopérative agricole locale. La migration effrénée des populations locales vers les centres urbains, très évoquée également, enfonce le clou, dans la mesure où plusieurs jeunes préfèrent aller en ville au lieu de prendre la relève et continuer à travailler la terre des parents qui ont pris l'âge. Mais ce sont les frais relatifs aux opérations de la moisson et le battage des récoltes qui sont  aussi incriminés. Pour en savoir plus, nous avons mis le cap sur la région d'Aït Ouafka, autrefois, considérée comme le grenier de la région, en raison de ses vastes plaines exploitées d'une manière mécanisée  en céréaliculture. Au village d'Iguiliz, Aami Lahcen, un grand terrien du douar, ne dissimule pas son refus ferme de procéder au labourage de ses terres, tout en levant, quand même, ses mains, les yeux fixés au ciel, afin de remercier Dieu pour les précipitations  abondantes  dans la région. Pour justifier sa décision, Aami Lachen nous invite à patienter. Il rentre chez lui  et sort quelques instants après, muni d'un livret. Dans lequel, sont méticuleusement établis tous les coûts chiffrés ayant trait aux opérations de labourage et  récolte de la campagne agricole de l'année dernière, considérée, pourtant, très bonne en raison des pluies abondantes. « Voilà ; regardez !, j'ai récolté 23 quintaux d'orge. En calculant les  frais relatifs aux opérations  de semence, de labourage, de moisson et de  battage, je me suis aperçu que le coût d'un quintal d'orge m'est revenu à 521 DH. Alors que le tarif de vente au marché local de la même unité est de 250 DH. Aberrant, non ? Comment voulez-vous que je m'y mette encore ? », se désole-t-il.

Sur les 9000 paysans qui s'adonnaient à la culture
de l'orge,  plus de 7000
ne le font plus

Les fellahs  cités ne sont pas des cas isolés. S'ils étaient près de 9000 paysans à s'adonner à la culture de l'orge dans la région,  plus de 7000 fellahs  relevant des  six communes du Cercle de Tafraout  ont cessé, jusqu'à nos jours, de pratiquer  cette activité  dont la production locale s'en est gravement ressentie. Sachant que  la production de la région qui  se chiffrait  toujours en millions de quintaux  d'orge en approvisionnant ainsi le marché local et provincial, a énormément  chuté pour accuser de piètres résultats, jamais atteints, à l'exemple de  l'an dernier où la production totale s'est élevée à environ 19080 quintaux seulement d'orge. Ce qui est jugé par les responsables du Centre des travaux agricoles de Tafraout en deçà de ce qui pourrait être atteint en terme de production, surtout que la pluie est abondante et de la moyenne nationale qui est de 20 quintaux/hectare. Un résultat qui   inquiète visiblement ces responsables qui ne lésinent pourtant pas sur les efforts pour inciter les agriculteurs à remettre leurs charrues dans les champs. 

I.O.
Vendredi 22 Janvier 2010

Lu 649 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs