Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“A Mile In My Shoes” de Said Khallaf représente le Maroc aux présélections des Oscars 2017




Après l’accueil triomphal réservé au film «A Mile in my shoes» par la critique et le public et après avoir remporté de nombreux prix, le long métrage du réalisateur Said Khallaf a été choisi par une commission de sélection nationale pour concourir aux présélections des Oscars 2017 dans la sélection "Meilleur film étranger".
Présidée par le réalisateur et producteur marocain Noureddine Lakhmari, cette commission s'est réunie mardi et mercredi au siège du Centre cinématographique marocain (CCM) à Rabat et a choisi le film "A Mile In My Shoes" de Said Khallaf pour représenter le Maroc à la compétition des Oscars, et ce conformément aux critères établis par l'Academy of Motion Picture Arts and Sciences, indique un communiqué du CCM.
Outre M. Lakhmari, cette commission était également composée d'une représentante du CCM, Laila Tounzi, de l'actrice Majdouline Idrissi, du directeur de l'Institut supérieur des métiers de l'audiovisuel et du cinéma (ISMAC), Mohamed Belghouate, du directeur du Festival de Tétouan, Ahmed Housni, du critique de cinéma, Khalil Damoun et du réalisateur Yassine Marco Maroccu.
Rappelons que ce film qui traite des liens entre misère et délinquance avait notamment remporté quatre prix lors du dernier Festival national du film de Tanger. Il s’agit du Grand prix, les prix du meilleur rôle féminin et masculin décernés à  Rawia et à Amine Ennaji, le prix de la meilleure musique du film attribué  à l’artiste Mohamed Oussama, en plus d’une mention spéciale à l’enfant Said Alami. Il avait également remporté la «Palme d'or» du meilleur long métrage lors de la 4ème édition du Festival du film arabe et européen de Louxor qui a eu lieu en février dernier.
Le long métrage raconte l’histoire d’un enfant qui a toujours vécu dans la misère et la souffrance avant de décider de se venger d’une société où la faiblesse de l’individu conduit à sa marginalisation. Il s’appelle Saïd. Depuis son plus jeune âge, il a vu des souffrances de toutes les couleurs : dans la famille, c’est son beau-père qui l’agresse comme il agresse sa maman et sa sœur. Dans la rue, ce sont les voyous qui veulent abuser de lui sexuellement et le contraindre à leur rapporter de l’argent. Apprenti chez des artisans, Saïd a été victime d’une tentative de viol de la part de ses employeurs. A la prison aussi, Saïd n’échappe pas à cette malchance qui le poursuit partout. Le point marquant dans son histoire, c’est qu’il s’est toujours trouvé dans des situations de défense, à la recherche d’une reconnaissance même minime de la part des autres, à la recherche d’un sentiment de sécurité au sein de la société. Tout cela a provoqué en lui une certaine violence, et une terrible envie de vengeance.
Notons que le rôle principal est tenu par le talentueux Amine Ennaji qui partage l’affiche avec l’actrice Noufissa Benchida.

Samedi 10 Septembre 2016

Lu 2589 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs