Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

79 morts et 141 blessés dans les heurts de Benghazi

Tripoli qualifie de coup d’Etat l’offensive du général




79 morts et 141 blessés dans les heurts de Benghazi
Le chef d'une force paramilitaire en Libye s'est dit samedi déterminé à poursuivre son offensive contre des milices islamistes à Benghazi (est) mais les autorités libyennes ont affirmé que son opération était une tentative de coup d'Etat.
 Les affrontements ont fait au moins 79 morts et 141 blessés vendredi à Benghazi, dans l'Est libyen, selon un nouveau bilan donné samedi soir par le ministère de la Santé.
 Khalifa Haftar, un général à la retraite ayant pris part à la révolte contre le régime de Mouammar Kadhafi en 2011, a lancé vendredi matin une opération contre des groupes qu'il a qualifiés de "terroristes" dans cette ville considérée comme le fief de nombreuses milices islamistes lourdement armées.
 Tripoli considère cette offensive comme "un agissement en dehors de la légitimité de l'Etat et un coup d'Etat", selon le communiqué lu par le président du Congrès général national (CGN, Parlement), Nouri Abou Sahmein.
"Tous ceux qui ont participé à cette tentative de coup d'Etat vont être poursuivis par la justice", a-t-il averti.
 M. Haftar a démenti plus tard ces accusations.   "Notre opération n'est pas un coup d'Etat et notre objectif n'est pas de prendre le pouvoir", a-t-il dit à la presse. "Cette opération vise un objectif précis qui est d'éradiquer le terrorisme" en Libye, a-t-il dit. 
M. Haftar, qui se présente comme chef de l'"armée nationale" et qui a bénéficié pour cette opération de la défection d'officiers et d'unités de l'armée ainsi que du soutien d'avions et d'hélicoptères de combat, semble agir de sa propre initiative.  L'armée régulière, qui n'est toujours pas opérationnelle trois ans après la révolte, a démenti toute implication dans les affrontements.
"L'opération va continuer jusqu'à purger Benghazi des terroristes", a déclaré M. Haftar.
 Un porte-parole de la force de Haftar, le colonel Mohamed Hijazi, a demandé dans un communiqué aux habitants des quartiers de Guewercha (ouest) et de Sidi Fradj (sud) de partir, sans pour autant dire si une nouvelle attaque était envisagée dans ces banlieues considérées comme des fiefs de groupes islamistes.
Samedi, la situation est restée calme à Benghazi jusqu'en fin d'après-midi, quand un avion militaire a mené un raid contre un groupe d'ex-rebelles islamistes au nord-ouest de la ville, sans faire de victime, selon un de ces ex-rebelles.
Ce raid a été mené malgré une décision de l'armée régulière décrétant samedi une zone d'exclusion aérienne sur Benghazi et sa région, et menaçant d'abattre tout avion militaire survolant la zone.
 Mais il n'était pas certain que l'armée dispose des moyens nécessaires pour faire respecter la zone d'exclusion aérienne.
Vendredi, des unités de l'aviation libyenne loyales à Khalifa Haftar ont bombardé des positions de groupes d'ex-rebelles islamistes à Benghazi, et des affrontements ont eu lieu dans plusieurs quartiers.
En fin de journée, la force de M. Haftar s'est finalement retirée, pour une raison encore inexpliquée, et le calme est revenu. 
 

AFP
Lundi 19 Mai 2014

Lu 91 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs