Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

7000 enseignants retraités maintenus en fonction sans salaires ni pensions

Le ministre de l’Education nationale reconnaît l’injustice qu’il a créée et promet de lui trouver solution




7000 enseignants retraités maintenus en fonction sans salaires ni pensions
Près de 7000 enseignants qui ont atteint l’âge de la retraite à la fin de l’année dernière  continuent d’enseigner en application du décret-loi voté le 1er septembre 2014 et publié le 2 du même mois. Ce décret, pour rappel, fixe l’âge de  départ à la retraite à 65 ans et permet à l’administration de retarder le départ à la retraite des enseignants ayant atteint l’âge jusqu’à la fin de l’année scolaire ou universitaire. 
Pour Driss Salek, membre du bureau national du Syndicat national de l’enseignement affilié à la FDT, 7000 enseignants se sont trouvés dans ce dilemme. Ayant atteint l’âge de départ à la retraite en décembre dernier, ils n’ont pas le droit de percevoir leurs pensions et ne reçoivent pas de salaires pour leur travail. 
«Cela reflète la politique d’improvisation du gouvernement. Comment a-t-il pu prendre une décision, ne pas l’appliquer comme il se doit et  laisser les enseignants livrés à leur sort?», a-t-il martelé dans une déclaration à Libé.
Notre source nous a rappelé que les syndicats de l’enseignement sont opposés à ce décret. D’autant plus qu’il ne s’applique que dans le secteur de l’enseignement, ce qui constitue, en soi, une injustice envers cette catégorie de fonctionnaires. 
L’application de cette décision pose également d’autres problèmes. Notamment en ce qui concerne l’IGR. «Les retraités en sont exonérés, mais nous ne savons pas si durant les six prochains mois, c’est-à-dire, jusqu’à la fin de l’année scolaire actuelle, ces enseignants vont payer l’IGR ou non».
Pour Mohamed Kafi Cherrat, secrétaire général de l’UGTM, la décision du gouvernement a été prise de manière improvisée, puisqu’en principe,  les enseignants maintenus en fonction devaient être mis à la retraite le premier janvier, mais aucune mesure administrative n’a été prise pour éviter de les mettre dans la situation insoutenable où ils se trouvent actuellement.
S’étant invitée mardi à la deuxième Chambre du Parlement, cette question pourrait être résolue dans un avenir proche, à en croire le ministre de l’Education nationale et de la Formation professionnelle. Elle aurait dû, en toute logique, l’avoir été préalablement, mais l’actuel gouvernement n’en est pas à cette seule bévue. Son palmarès en compte un nombre incalculable et les victimes de ses décisions irréfléchies sont nombreuses. 

Mourad Tabet
Jeudi 29 Janvier 2015

Lu 1448 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs