Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

6 millions d'élèves reprennent les cours aujourd'hui : La réforme de l’école entre officialité et réalité




6 millions d'élèves reprennent les cours aujourd'hui : La réforme de l’école entre officialité et réalité
Les rentrées scolaires se suivent et se ressemblent. La réforme est toujours officiellement présente et prend plusieurs visages et aspects mais le contenu est le même et les dysfonctionnements et les appréhensions sont les mêmes. D’un côté, les officiels qui affichent une sérénité imperturbable et une croyance sans faille aux programmes et aux plans de réformes. Une Charte nationale de l’éducation et de la formation de longue haleine qui s’est essoufflée déjà en cours de route, un plan d’urgence qui en est à sa dernière ligne droite et des objectifs pour une école de qualité et qui répondent surtout aux besoins du marché qui sont loin d’être atteints.
Il est certain que la réforme d’un système éducatif n’est pas une tâche aisée. Et que ce dernier reste tributaire de plusieurs autres facteurs surtout socioéconomiques. Il n’en demeure pas moins que les choix faits par le passé dans le domaine de l’éducation et l’enseignement n’ont toujours pas donné grande satisfaction et par conséquent les avancées pour l’amélioration de l’école publique restent timides.
Cette officialité sereine et rassurante comme celle affichée par le ministre Akhchichene lors du coup d’envoi officiel de la rentrée scolaire de cette année se trouve confrontée à une autre réalité, celle du terrain. Celle des élèves, des parents et des enseignants. La réalité choquante des sureffectifs dans les classes, celle du sous-effectif au niveau du personnel non seulement  sur le plan pédagogique mais aussi administratif. Un manque atroce qui s’est installé et qui s’accentue avec la démission de plusieurs directeurs, surveillants généraux et censeurs car les conditions de travail sont   inacceptables.
Ces conditions qui n’ont pas toujours un caractère financier exaspèrent également les enseignants à tel point qu’on commence à assister à des débrayages locaux et régionaux.La déperdition, l’abandon scolaire, les sureffectifs, les infrastructures scolaires vétustes, le manque de personnel, le problème des manuels scolaires et la marginalisation des concernés dans l’élaboration des programmes et des choix pédagogiques (pour ne citer que ceux-là) sont des réalités que nul ne peut nier.
Loin d’être négativiste, on pense que les efforts consentis sont mal gérés et qu’il est temps de mettre fin à cette politique de la vitrine. Il faut  avoir le courage de dire que l’école publique a besoin d’une révolution. Il ne faut pas avoir honte de se regarder dans la glace. Et ce ne sont pas les statistiques des nouveaux inscrits à l’école cette année ni de ceux qui ont des mentions au baccalauréat qui vont changer une réalité dont souffrent tous les concernés par l’école publique : « Réveillez les ronds-de-cuir ». Ce n’est pas en s’installant dans un fauteuil devant un ordinateur qu’on donnera de l’élan à notre  école. Allez faire un tour du côté du Maroc profond car pour élaborer un projet de formation des intelligences et des esprits, il faut connaître la réalité des concernés par ce projet.

Lire également l’entretien de la secrétaire d’Etat chargée de l’enseignement scolaire

KAMAL MOUNTASSIR
Jeudi 15 Septembre 2011

Lu 573 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs