Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

401 familles réclament leurs logements à Essaouira

Al Omrane mise à l’index par les acquéreurs




401 familles réclament leurs logements à Essaouira
401 familles  de  petits fonctionnaires dont le salaire est inférieur à 3.000 dirhams réclament leurs logements économiques à Essaouira.
Depuis 2009, elles attendent la livraison de leurs appartements. Dans un communiqué publié par l’Amicale du logement économique des fonctionnaires à Essaouira, cette dernière tire encore une fois la sonnette d’alarme et impute la responsabilité de ce retard à l’opérateur immobilier Al Omrane qui, d’après le communiqué, n’a pas fait montre de bonne volonté pour débloquer la situation.
«Cela fait quatre ans maintenant que lesdites familles se sont engagées dans ce projet immobilier censé satisfaire la demande en logements des petits fonctionnaires. Contre toute attente, certains d’entre eux continuent à payer les traites des crédits, d’autres ont été mis à la porte par les propriétaires, tandis qu’une troisième catégorie vit encore dans des conditions indignes», a déclaré un bénéficiaire à «Libé».
Al Omrane, l’entreprise chargée de la réalisation du projet, et la commission chargée du suivi du projet Tafoukt-extension ont été mises à l’index par  l’Amicale du logement économique des fonctionnaires à Essaouira qui réclame, entre autres, la reprise des travaux, la régularisation de la situation de l’assiette foncière, le lancement des travaux de la deuxième tranche du projet, la désignation d’une commission d’enquête pour mettre la lumière sur les dessous de cette affaire et la livraison de la première tranche dans les meilleurs délais. «C’est au profit d’Al Omrane que j’ai versé 120.000 dirhams et non à l’entreprise chargée de la réalisation des travaux. De ce fait, je m’attends à ce que le holding public assume son entière responsabilité”, réclame la veuve d’un bénéficiaire, décédé quatre ans plus tôt. Elle fait partie des bénéficiaires de la deuxième tranche du projet dont les travaux de construction n’ont pas encore obtenu d’autorisation!
Malheureusement, ce n’est pas le seul dossier immobilier à caractère épineux qui défraie la chronique à Essaouira. Des bénéficiaires du projet Argana qui avait fait des vagues quelques années auparavant, réclament leurs lots de terrains à l’opérateur Al Omrane. Ils ont signé une pétition pour protester contre le blocage de ce projet qui tarde à voir le jour. 

A.K
Mardi 21 Janvier 2014

Lu 1831 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs