Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

4.000 soldats russes en Crimée

Moscou pour des pourparlers avec Kiev et l’UE sur le gaz




4.000 soldats russes en Crimée
L'armée ukrainienne a affirmé jeudi que la Russie avait massé quelque 4.000 soldats stationnés en Crimée, péninsule ukrainienne annexée par la Russie, à la "frontière administrative" avec l'Ukraine.
 "Selon nos informations, presque toutes les unités militaires russes stationnées dans la partie nord de la Crimée occupée, environ 4.000 soldats, ont été massées à la frontière administrative avec l'Ukraine, avec tous leurs équipements et munitions", a déclaré le porte-parole militaire Andrii Lyssenko.
Par ailleurs, la Russie propose de mener "la semaine prochaine" une discussion trilatérale entre Moscou, Kiev et l'Union européenne sur les livraisons du gaz russe, a indiqué jeudi le ministre russe de l'Energie, Alexander Novak, dans une interview au quotidien autrichien Die Presse.
 "Nous avons proposé une rencontre pour la semaine prochaine avec une participation de l'UE", a dit M. Novak. Il n'a pas précisé la date et la localisation envisagées par Moscou pour ces pourparlers.
 "La date et le lieu de la prochaine réunion trilatérale n'ont pas encore été fixés. Plusieurs dates sont envisagées afin d'en trouver une qui convienne aux trois participants", a indiqué un porte-parole de la Commission, interrogé par l'AFP à Bruxelles.
Moscou avait rejeté en début de semaine la date du 20 septembre, proposée par la Commission européenne pour des discussions à Berlin, expliquant qu'elle ne "convenait pas".
La Russie a coupé mi-juin ses livraisons de gaz à l'Ukraine, qui refuse la hausse des prix imposée par le géant gazier russe Gazprom dans le contexte de la crise entre Kiev et Moscou, et qui a accumulé, selon M. Novak, 5,3 milliards de dollars d'impayés.
Ce différend pourrait affecter les livraisons à l'Europe, dont une grande partie transite par l'Ukraine, si ce pays décidait d'en prélever une partie cet hiver pour faire face à la pénurie.
 "Les jours très froids, l'intégralité du gaz pourrait être pompée (par l'Ukraine) et il n'en resterait plus pour l'Europe", a affirmé M. Novak, tout en assurant que Moscou entendait de son côté "respecter les contrats de livraison à l'Europe". 
Selon le ministre, Moscou est disposé à reprendre ses livraisons à l'Ukraine en échange d'un paiement partiel de la dette. "Nous sommes prêts à ne pas réclamer le paiement de la dette en une seule fois", a-t-il déclaré, soulignant que l'Ukraine devait, "dans un premier temps, payer 1,451 milliard de dollars pour novembre-décembre".
 Gazprom est également prêt à consentir une ristourne de "780 millions de dollars" en abaissant le prix du gaz facturé à l'Ukraine depuis avril à "environ 385 dollars" les 1.000 m3, contre 485 dollars jusqu'à présent, a indiqué M. Novak. 
 Lundi, le président russe Vladimir Poutine et le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, avaient souligné "l'importance" de continuer le dialogue concernant les livraisons de gaz russe vers l'Europe, lors d'une conversation téléphonique. 

AFP
Vendredi 19 Septembre 2014

Lu 468 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs