Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

35 millions de dollars pour la lutte contre le sida au Maroc




35 millions de dollars pour  la lutte contre le sida au Maroc
Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme et le Maroc ont signé, récemment  à Rabat, une convention de subvention de 35 millions de dollars américains, couvrant la période allant de juillet 2014 à juin 2017. 
Cette convention a été signée par le ministre de la Santé, El Houssaine Louardi, le représentant du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme pour la région du Moyen-Orient-Afrique de l'Ouest, Leilo Marmora, la présidente du Comité de coordination Maroc (CCM), Zoubida Bouayad ainsi qu'un représentant de la société civile.
Cette subvention est destinée au Maroc pour contribuer à la lutte contre la tuberculose et le VIH/sida, a déclaré à la presse M. Leilo, précisant que la convention est "le résultat d'un importante coordination entre l'ONUSIDA, le gouvernement marocain et le Fonds mondial". 
Qualifiant de "très fructueuse" la collaboration de dix ans entre le Fonds mondial et le Maroc, il a mis l'accent sur le "grand niveau de responsabilité et d'engagement" du gouvernement marocain, du système des Nations unies et de la société civile marocaine.
La lutte contre le VIH/sida et de la tuberculose, objet de cette convention, constitue une priorité pour le Royaume, a indiqué le ministre lors de la cérémonie de signature qui coïncide avec la célébration de 10 années d'appui à la Stratégie nationale de lutte contre le sida.
Durant ces 10 années, la mise en œuvre des différentes subventions du Fonds mondial a permis de contribuer largement à l'atteinte des Objectifs du millénaire pour le développement et pour certains avant même l'échéance de 2015, a-t-il dit.
En matière de lutte contre VIH/sida, la progression de l'épidémie a été jugulée et sa régression amorcée, a-t-il relevé, donnant à cet égard l'exemple de l'utilisation du kit à usage unique par les usagers de drogues injectables qui est passé de 7 à 60% grâce à la mise en place de programme de réduction des risques. 
"Le nombre de bénéficiaires parmi les groupes clés des programmes de prévention de proximité a été multiplié par 100" alors que le nombre de personnes rejointes par les activités de dépistage a été multiplié par 300, passant de 2000 en 2003 à presque 600.000 en 2013, a ajouté M. Louardi. 
"Ce qui a permis de réduire la proportion des personnes ne connaissant pas leur statut sérologique de 80 à 72% en deux ans uniquement", a-t-il fait savoir.
Des progrès importants ont été réalisés en matière de lutte contre la tuberculose en particulier la décentralisation de la prise en charge, a ajouté M. Louardi, notant que les efforts entrepris par le ministère de la Santé pour garantir à tous la gratuité des soins ont permis d'atteindre et de maintenir à plus de 95% le taux de détection et à plus de 85% le taux de succès thérapeutique. 

Samedi 28 Juin 2014

Lu 2028 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs