Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

22 morts dans l'attaque d'un hôpital de MSF près de Bangui




22 morts dans l'attaque d'un hôpital de MSF près de Bangui
Vingt-deux personnes dont trois humanitaires de Médecins sans frontières (MSF) ont été tuées dans l'attaque d'un hôpital à Nanga Boguila, à 450 km au nord de Bangui, par des membres présumés de l'ex-rébellion Séléka, a déclaré lundi un officier de la force africaine Misca.  "Des hommes armés assimilés aux ex-Séléka et aux Peuls ont attaqué samedi en fin d'après-midi un hôpital soutenu par MSF dans la région de Nanga Boguila, tuant au moins 22 personnes, parmi lesquelles trois Centrafricains employés de MSF et faisant près d'une dizaines de blessés", a déclaré l'officier à l'AFP.
MSF Pays-Bas a confirmé la mort de ses trois collaborateurs.
 "La seule chose que nous pouvons confirmer, c'est la mort des trois membres de notre personnel à Nanga Boguila", a déclaré sans plus de détails à l'AFP Samuel Hanryon, porte-parole de MSF en Centrafrique. 
 Selon l'officier de la Misca, "l'attaque a eu lieu alors que se tenait une réunion regroupant des représentants locaux et les employés de MSF (...) Les assaillants ont d'abord ouvert le feu sur un groupe de personnes fauchant quatre d'entre elles. Puis ils se sont dirigés vers l'hôpital où ils ont tué 15 autres personnes". 
 "Ils ont emporté des ordinateurs et de nombreux autres biens, fracassant des portes des locaux probablement en quête d'argent", a-t-il ajouté.  En déroute, l'ex-rébellion Séléka, a été au pouvoir entre mars 2013 et janvier 2014. Depuis le départ forcé de son chef, l'ancien président Michel Djotodia, ses combattants écument plusieurs régions de la Centrafrique, notamment le nord. 
Quelque 1.300 musulmans qui se terraient en périphérie de Bangui, fréquemment attaqués par des milices à majorité chrétienne, sont enfin partis dimanche dans un imposant convoi, escortés par la force africaine Misca à destination du nord de la Centrafrique.
 Le gouvernement a dénoncé dans la soirée une opération "unilatérale" menée "à (son) insu et contre (son) gré" par ses partenaires humanitaires, dont il questionne "la neutralité et l'objectivité". Dix-huit camions chargés à plein se sont mis en branle vers 12H00 locale (11H00 GMT). Les déplacés étaient assis sur leurs ballots, planches de bois, motos, frigos... Des centaines de bidons multicolores ornaient les flancs du convoi.
 Un imposant dispositif de la Misca était mobilisé pour assurer la sécurité des partants. La sortie de Bangui et la traversée des villes de Sibut et de Dékoa, dans le centre du pays, constituent notamment les points chauds de l'opération, a expliqué un cadre de la mission africaine.
 

AFP
Mardi 29 Avril 2014

Lu 59 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs