Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

21 morts dans les violences à Benghazi




21 morts dans les violences à Benghazi
Des combats ont opposé lundi les forces du général Khalifa Haftar à des groupes islamistes à Benghazi, dans l'est de la Libye, faisant au moins 21 morts, alors que le Premier ministre contesté Ahmed Miitig a pris possession du siège du gouvernement à Tripoli. Deux semaines après le début de l'opération "anti-terroriste" lancée par ce général dissident, les affrontements du lundi ont fait au moins 21 morts, dont 11 militaires, et 112 blessés, selon un bilan fourni par des hôpitaux de la ville. Un ambulancier, un étudiant et une femme figurent parmi les victimes civiles.
Il s'agit des affrontements les plus violents depuis ceux du 16 mai, lorsque le général Haftar a lancé une offensive destinée selon lui à éradiquer les "groupes terroristes" implantés dans l'est du pays, faisant au moins 76 morts.  Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, les autorités de transition n'ont pu rétablir l'ordre dans un pays plongé dans le chaos et sous la coupe des milices. 
 Ainsi le pays a deux gouvernements qui se disputent la légitimité du pouvoir, mais, lundi soir, le cabinet contesté d'Ahmed Miitig a annoncé avoir pris possession du siège de la primature malgré le refus du cabinet sortant d'Abdallah al-Theni de lui remettre le pouvoir.
 M. al-Theni avait affirmé mercredi qu'il s'en remettait à la justice pour déterminer s'il devait céder le pouvoir au nouveau cabinet, évoquant les recours déposés par des députés contre l'élection chaotique de M. Miitig au Parlement. 
A Benghazi, les combats ont éclaté après une attaque à l'arme lourde lancée par des groupes islamistes, dont Ansar Asharia, contre un camp militaire de l'armée libyenne, a déclaré le colonel Saad Al-Werfelli, commandant de la base aérienne de la ville et loyal au général dissident.
Ces groupes radicaux ont bombardé tôt lundi "le camp 21", cernant les soldats qui s'y trouvaient et faisant des morts et des blessés, a poursuivi le colonel Werfelli. Ce camp appartient aux unités d'élite de l'armée à Benghazi qui avaient apporté leur appui au général Haftar. 
Des forces de l'armée de l'air loyales au général dissident sont venues à la rescousse et ont mené des raids aériens contre les assaillants, a ajouté cet officier.
 Avant même le lancement de l'opération "Dignité" du général Haftar, des combats opposaient régulièrement ces forces spéciales de l'armée aux groupes radicaux, en particulier Ansar Asharia classé organisation "terroriste" par les Etats-Unis. 
Ce regain de violence a entraîné la suspension des examens de fin d'année dans les lycées de Benghazi, selon le ministère de l'Education. 
 Des familles se sont retrouvées prises entre deux feux, en particulier dans la région de Sidi Fradj, fief d'Ansar Asharia, à l'ouest de la ville, selon des témoins. 
 Les habitants se terrent chez eux et la ville est quasi paralysée, même si le calme semblait revenir dans l'après-midi et en début de soirée, a-t-on ajouté de mêmes sources.

Mercredi 4 Juin 2014

Lu 70 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs