Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

15 Syriens refoulés du Maroc vers la Turquie et six autres en attente

Une affaire qui n’a pas encore révélé tous ses secrets




15 Syriens refoulés du Maroc vers la Turquie et six autres en attente
Le dossier des ressortissants syriens au Maroc revient en force. Les autorités marocaines viennent d’expulser 15 Syriens dont une femme et huit enfants vers  la Turquie. Une famille de six personnes dont une femme enceinte de huit mois et demi et deux enfants, serait encore dans la zone de transit de l’aéroport Mohammed V en attente d’être refoulée vers un autre pays arabe. Une première depuis le début de la guerre civile en Syrie. 
« Nous avons été informés du refoulement de 15 Syriens à partir de l’aéroport de Casablanca vers la Turquie ce lundi 24 mars. Lors de nos contacts téléphoniques, ces familles nous ont fait part de leur souhait de déposer une demande d’asile au Maroc. Nous avons essayé d’obtenir leur libération avant leur expulsion en intervenant auprès des autorités compétentes, malheureusement sans succès », nous a déclaré Marc Fawe, chargé des relations extérieures à UNHCR Maroc. D’après lui, ce groupe de 21 personnes, dont cinq femmes et 10 enfants, est entré au Maroc de manière irrégulière depuis l’Algérie il y a une dizaine de jours. Ces personnes sont arrivées dans un état de santé fragile. Six des 10 enfants seraient porteurs de la rougeole. « Le groupe a immédiatement été interpellé et retenu par les forces de l’ordre, avant d’être amené à l’aéroport de Casablanca durant la nuit de samedi à  dimanche pour être refoulé vers des pays tiers », nous a-t-il précisé. 
Mais comment peut-on expliquer ce revirement des autorités marocaines?  Du côté de ces dernières, c’est le black-out. Aucun communiqué ni information officielle n’ont filtré sur le sujet. Mais pour certaines sources proches du dossier, la position de ces autorités s’est  fondée sur la constatation d’un certain nombre d’anomalies ayant entaché cette affaire.   D’après nos sources, plusieurs zones d’ombre entourent l’entrée de ce groupe sur le territoire  national et ont suscité les interrogations des enquêteurs  D’abord, par quel point frontalier a-t-il pénétré au Maroc ? « Ce groupe de 21 Syriens disent avoir accédé au Royaume via la frontière algérienne jouxtant Saïdia. Une version que remettent en cause les enquêteurs puisqu’un oued sépare celle-ci et  la localité algérienne de Port Saïd et que l’état dans lequel se trouvaient les Syriens n’atteste pas du fait qu’ils ont pu franchir cette rivère. Ceci d’autant plus qu’un Algérien a été arrêté avec ce groupe par la police marocaine », nous a précisé une source sous le sceau de l’anonymat.Autre fait troublant, selon ces mêmes sources, le groupe prétendant fuir la guerre en Syrie résidait en Turquie depuis près de trois ans. « Les enquêteurs ont été fortement surpris de constater que sur le passeport de l’un des Syriens appréhendés, aucun cachet  prouvant son entrée ou sa sortie de Syrie n’était apposé », nous a révélé notre source. 
Cependant, ces arguments ne semblent pas convaincre les responsables du HCR-Maroc. Pour eux, cette déportation qu’ils ont qualifiée de déplorable les interpelle puisque le non refoulement des réfugiés est un principe fondamental du droit d'asile. « Aujourd'hui, ce principe n’a pas été respecté. Ces familles avaient bel et bien demandé l'asile au Maroc et dès lors, toute considération sécuritaire ou autre n’a pas de raison d’être. Le droit international est clair sur ce point », nous a fait savoir Marc Fawe avant d’ajouter : « Pis, le refoulement a touché des femmes et des enfants ».
Une expulsion d’autant plus inacceptable que les autorités et le HCR se sont mis d’accord récemment sur le principe d'accorder prochainement le statut de protection temporaire aux Syriens présents sur le territoire du Royaume. Ces mêmes autorités se sont même engagées à ce que les Syriens, même en situation administrative irrégulière, continuent de bénéficier de l'hospitalité exemplaire que le Maroc offre aux familles qui fuient la guerre et la
destruction dans leur pays d'origine.
 

Hassan Bentaleb
Mercredi 26 Mars 2014

Lu 1217 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs