Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

140 remarques sur les émissions jugées non “halal” vont être adressées à la HACA

Les conclusions d’une étude sur les programmes de 2M et Al Oula supervisée par le vice-secrétaire général du PJD




140 remarques sur les émissions jugées non “halal” vont être adressées à la HACA
«Nous n’avons reçu aucune correspondance du ministre de la Communication. D’ailleurs nous ne sommes pas dans la posture du père fouettard, un rôle que veut nous faire jouer le gouvernement. La HACA est une institution de régulation et non d’interdiction». Ce Sage de la Haute autorité de la communication audiovisuelle est formel. Pas question de faire de la HACA une instance de sous-traitance gouvernementale de la censure. «Pas question non plus de faire de nous un épouvantail qu’on agite pour faire peur», ajoute ce membre de la Haute autorité.
On s’en souvient, il y a quelques semaines, Mostafa El Khalfi, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, a annoncé aux conseillers de la Chambre haute les conclusions d’une étude relative aux deux télévisions Al Oula et 2M et les émissions  que les Marocains ne voudraient plus regarder. L’information est un scoop dont le Parlement a eu la primeur.  Une étude sur les choix des citoyens en matière de programmes télévisés vaut sûrement le détour. «Même si ici  la  logique est foncièrement différente de ce qui se passe ailleurs, sous des cieux démocratiques et forcément plus cléments. Parce que l’étude de M. Khalfi porte sur ce qui ne doit pas passer à la télévision», précise ce producteur de la place.
Selon les informations dont nous disposons, le ministre de la Communication aurait procédé en deux temps. Il aurait d’abord demandé une étude en interne qu’il aurait confiée à deux de ses directeurs. Ces deux responsables auraient été chargés, chacun de son côté, de jouer au téléspectateur et d’évaluer pêle-mêle les programmes  TV qu’ils ont regardés. «On est très loin d’une démarche scientifique et professionnelle. Chacun des deux directeurs a fait sa propre grille d’évaluation. Les deux responsables ont travaillé de manière cloisonnée. Et leur grille de lecture, en tout cas  pour l’un d’entre eux,  est très orientée sur les valeurs morales et conservatrices», confie une source proche du ministère de la Communication.
La même démarche aurait été demandée, dans un deuxième temps,  au PJD, le parti auquel appartient Mostafa El Khalfi.  Une évaluation des émissions diffusées par Al Oula et 2M aurait été en effet  préparée par une cellule spéciale «communication» et placée sous la supervision directe de Slimane Amrani, le vice-secrétaire général du PJD et directeur du siège du parti de la lampe. «M. Amrani est aussi et surtout une figure influente du Mouvement unicité et réforme, le bras religieux du PJD. Ce qui peut signifier que l’étude qu’il devait superviser devait forcément avoir ses critères de conformité par rapport à des valeurs bien précises, des valeurs qu’il défend au sein du MUR en tout cas», croit savoir notre interlocuteur. 
Dans le collimateur, des émissions auraient été particulièrement visées. «De Lalla Laâroussa  à Caftan 2000 en passant par des émissions  consacrées à des faits divers célèbres, l’étude aurait produit près de 140 remarques négatives. Même de simples fictions marocaines n’ont pas échappé à l’ire islamiste!», s’exclame cette source proche du département de la communication.
Les 139 remarques des islamistes érigés en experts  de la télévision auraient inspiré le mémorandum que le ministre de la Communication compte adresser à la  Haute autorité de la communication audiovisuelle. Va-t-il lui demander de condamner des programmes et d’interdire des émissions, allant jusqu’au bout d’une volonté de sous-traitance de la censure? Les questions se bousculent.
Rappelons enfin que des intellectuels, journalistes, universitaires, cinéastes et activistes  ont lancé un appel pour dénoncer la mise sous tutelle des médias audiovisuels par le gouvernement Benkirane. 

Narjis Rerhaye
Mercredi 4 Juin 2014

Lu 1645 fois


1.Posté par Khalid le 04/06/2014 12:31
"Les Marocains" c'est quoi? N'y a t-il pas de segmentation? C'est bien connu: chaque fois qu'un pouvoir veut imposer sa propre (télé) vision des choses, il parle au nom du peuple, des citoyens pris dans leur totalité. Il faudrait peut être clarifier les choses et dire que telle émission ne plait pas à tel groupe ou parti...Parmi les émissions jugées indésirables (lesquelles au juste?), il faudrait sans doute préciser les critères d'interdiction. Les critères eux mêmes doivent d'ailleurs être justifiés. Mais pour résumer tout cela et gagner du temps, que l'on aseptise définitivement Al Oula et 2M, et qu'on laisse les gens continuer à "regarder ailleurs". Jusqu'au jour où on bloquera aussi les signaux satellites des chaines étrangères. En fait, vu le niveau culturel moyen du Marocain moyen, il faudrait tout interdire, car les esprits simples sont influençables par tout et n'importe quoi. Il n' y a qu 'à voir par exemple les avis recueillis par les TV-trottoir sur des sujets basiques: vocabulaire limité à quelques mots, lieux communs à tout va, béni ouiouisme. A moins qu'au cours du montage "on" ne garde que ce genre d'avis. CQFD. Alors évidemment, pour ce type de téléspectateurs, il faudrait "purifier" AL OULA et 2M. Mais que ceux-là financent eux mêmes la TV qui leur ressemble!

2.Posté par benhammou le 05/06/2014 01:02
ََ Al Oula et 2M sont financées par les deniers publics. autrement par tous les marocains et non pas par un parti ou une secte.dans 36 millions d'habitants au moins 20 millions suivent Al oula et 2M. chacun a ses tendances et ses patients. les uns aiment les feuilletons ou films marocains; d'autres suivent les turcs ou mexicains, d'autres encore aiment les émissions...Nous proposons à ces Pjdistes qui ne que des émissions qui conviennent à leurs esprits de créer une chaine et de la financer par leur propre argent.C'est vrai qu'il toujours quelque chose que je n'aime. mais à ce moment d'autres membres de famille insistent pour les voir. Que dois je faire ? casser la télé ou les forcer à voir seulement ce que j'aime ? Mais ils ont les mêmes droits que les miens...et nous ne sommes pas des robots. notre richesse est dans notre différences les uns des autres/

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs