Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

126 pro-Morsi condamnés à 10 ans de prison




126 pro-Morsi condamnés à 10 ans de prison
Une Cour criminelle a condamné dimanche 126 partisans du président islamiste Mohamed Morsi destitué par l'armée à dix années de prison pour des violences dans un nouveau procès de masse en Egypte, a-t-on appris de sources judiciaires.
 Ils ont été reconnus coupables de participation à des "émeutes" à Kafr el-Cheikh, au nord du Caire, le 16 août 2013, de "port d'armes blanches et à feu", d'"agression contre les forces de l'ordre" et d'appartenance à une "organisation interdite", en référence aux Frères musulmans de M. Morsi. Ces violences étaient survenues deux jours après que la police a tué quelque 700 manifestants pro-Morsi dispersés par les forces de sécurité au Caire.  Dans une autre affaire, une Cour criminelle du Caire a condamné 37 partisans du président islamiste destitué à 15 années de prison pour avoir tenté de faire exploser une bombe dans une station de métro de la capitale fin 2013, selon des sources judiciaires.
Depuis la destitution et l'arrestation de M. Morsi par l'armée en juillet 2013, policiers et soldats se sont lancés dans une implacable répression de ses partisans qui a fait plus de 1.400 morts et quelque 15.000 arrestations.
En outre, des centaines de personnes ont été condamnées à mort ou à de lourdes peines dans des procès de masse.
Fin avril, un tribunal de Minya, au sud du Caire, a condamné à mort quelque 700 personnes, dont Mohamed Badie, le guide suprême des Frères musulmans, à l'issue de procès expéditifs dénoncés par l'ONU comme "sans précédent dans l'Histoire récente".
Une bombe a visé dans la nuit de samedi à dimanche un meeting de soutien à Abdel Fattah al-Sissi, l'ex-chef de l'armée grand favori de la présidentielle en Egypte, blessant quatre personnes, dont deux policiers, selon des responsables de la sécurité.
 Il s'agit du premier incident visant un meeting électoral depuis le début de la campagne ouverte il y a deux semaines et qui doit s'achever le 23 mai, trois jours avant l'ouverture du scrutin.  L'engin explosif était enfoui derrière le chapiteau installé au Caire pour ce rassemblement des partisans de l'ex-chef de l'armée qui a destitué en juillet le président islamiste Mohamed Morsi, ont précisé ces sources. M. Sissi lui-même n'était pas présent à ce meeting.
 Le maréchal à la retraite devrait remporter sans encombre le scrutin des 26 et 27 mai, selon les experts, face à un unique rival: le leader de gauche Hamdeen Sabbahi. 
Salué comme le sauveur de la nation pour avoir destitué l'islamiste Mohamed Morsi, l'ex-chef de l'armée Abdel Fattah al-Sissi peut compter pour la présidentielle sur les voix des chrétiens d'Egypte, qui voient en lui le rempart contre les extrémistes.
 

AFP
Mardi 20 Mai 2014

Lu 439 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs