Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Les maux de l’université demeurent les mêmes

Une rentrée qui ressemble comme deux gouttes d’eau à la précédente




​Les maux de l’université  demeurent les mêmes
L’université continue à séduire les étudiants marocains ou au moins une grande partie d’entre eux. La rentrée universitaire 2014-2015 a, en effet, enregistré une augmentation de 47% du nombre d’étudiants  dont 24% ont été nouvellement inscrits. Un afflux qui a nécessité la construction de 10 nouveaux établissements universitaires et la création de 75.956 nouvelles places ainsi que l’augmentation des  effectifs enseignants de 13%, a déclaré Soumiya Benkhaldoun, ministre déléguée auprès du ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Formation des cadres  avant-hier devant la Chambre des représentants. 
Des chiffres qui sont, cependant, loin de refléter la réalité de notre enseignement supérieur en pleine déliquescence. Un constat sur lequel tout le monde semble s'accorder.
« Les efforts déployés par le ministère de tutelle sont réels et palpables mais il s’agit de mesures palliatives destinées d’abord à répondre à une pression immédiate et non aux priorités du secteur », a précisé  Mohammed Saïd Karrouk, professeur de climatologie à l'Université Hassan II à Casablanca.  D’après lui, les vrais problèmes sont ailleurs. Ils dépassent de loin la seule question des infrastructures et du  matériel.
« Les déficits de l’université marocaine sont nombreux à commencer par celui de la relève.  Aujourd’hui, beaucoup d’établissements vont se trouver sans professeurs faute  de remplaçants et le ministère n’a rien fait pour tenter de combler ce vide », a-t-il indiqué avant de poursuivre : « Même les nouveaux recrutements opérés par le département de Daoudi n’ont pas porté sur de grands changements». 
Mais, il n’y a que cet obstacle à surmonter, la question de la recherche scientifique pose également problème.   « Le ministère ne fait rien pour stimuler la recherche scientifique. Pas de motivations ni d’encouragements.  Les professeurs chercheurs sont traités sur un pied d’égalité avec ceux qui n’ont jamais signé un seul article scientifique. On a droit au même salaire et à la même promotion professionnelle », a-t-il déclaré. Une évaluation qui rejoint celle faite il y a des années durant  par le Conseil supérieur de l’enseignement qui a pointé du doigt plusieurs insuffisances qui handicapent le système national de recherche scientifique, à savoir la faiblesse des résultats de la recherche en gains de productivité et d’innovation, la lenteur d'adaptation aux développements socio-économiques, scientifiques et technologiques, un environnement universitaire peu propice à la recherche et à l'innovation, .... 
Pis, les recommandations  proposées, en ces temps-là, par  le CES, à savoir la création de passerelles entre les universités, les centres de recherche et les secteurs productifs, l’évaluation interne et externe de la recherche scientifique, la valorisation de la recherche-développement, l’implication du secteur privé dans l’intensification des efforts en matière de financement, les infrastructures et l’équipement, l’harmonisation des structures intervenant dans la recherche scientifique et technique, n’ont jamais vu le jour ou n’ont reçu qu’une timide mise en application.   Pour le Pr Mohammed Saïd Karrouk, la situation de l’université marocaine demeure problématique malgré la succession  des dispositifs de réforme. Pire, cet état de fait risque de s’aggraver  avec l’entrée en vigueur de la troisième génération de la réforme LMD. « La tâche des professeurs sera compliquée davantage avec la nouvelle configuration du LMD puisque le nombre d’heures enseignées sera de 50 h, soit 3 h par semaine pour un seul professeur. Alors je vous laisse imaginer ce que pourra être la qualité des cours dispensés dans des amphis surpeuplés. Evidemment, ce sont les étudiants qui vont payer les pots cassés », a-t-il déploré avant de conclure que le problème de l’enseignement supérieur au Maroc exige une vision à long terme qui dépasse les clivages politiques, d’autant plus qu’il s’agit d’abord de l’avenir de la nation elle-même.   

Hassan Bentaleb
Jeudi 23 Octobre 2014

Lu 639 fois


1.Posté par Belhajilali le 23/10/2014 11:23
Foutaise que toute cette littérature débitée par leprofesseur!Le problème fondamental de l'université réside dans l'absentéisme des enseignants.S'en suit la jungle des programmes ,le tout courronné par violence entre milices estudiantine . Quant à la recherche scientifique,laissez-moi rire...

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait









www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs





Publicité

Pour vos Publicités sur le site
contactez admin@libe.ma