Libération


Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une cinquantaine de courts-métrages en compétition officielle du FICAM

La 18ème édition prévue du 22 au 27 mars prochain





Un total de 53 courts-métrages seront présentés en compétition officielle lors de la 18ème édition du Festival international de cinéma d’animation de Meknès (FICAM), prévue du 22 au 27 mars prochain. Ces œuvres, choisies par un jury de pré-sélection de la catégorie ‘’Courts Compét’’’ 2019’’ composé de Jihane Bougrine, journaliste marocaine et critique de cinéma, Patrick Eveno, co-créateur du studio Folimage et ex-directeur du Festival d’Annecy en France, et Emilio de la Rosa, producteur et réalisateur espagnol de films d’animation, sont répartis en 5 programmes totalisant plus de 240 minutes de films.
 L’équipe du FICAM a reçu cette année plus de 300 courts-métrages d’animation en provenance de 16 pays avec différentes techniques d’animation, indique la Fondation Aïcha, qui organise cet évènement en partenariat avec l'Institut français de Meknès. Une participation record, qui traduit, selon les organisateurs, la fidélité de prestigieuses institutions de l’animation mondiale, dont la Poudrière, les Gobelins, l’Office national du film du Canada (ONF), l’Académie libanaise des Beaux-Arts de Beyrouth, Royal College of Art à Londres et La Geidai (Tokyo university of Art).
Présidé par Michael Dudok de Wit, réalisateur néerlandais (César 1996 pour Le Moine et le Poisson, Oscar en 2001 pour Père et fille et Prix Spécial un certain regard, Festival de Cannes, en 2016 pour La tortue rouge), le jury de la ‘’Courts Compet’’’ comprend aussi Samia Akariou, comédienne et scénariste marocaine et Marc du Pontavice, président de Xilam Animation (Oggy et les cafards, Zig & Sharko, Les Dalton).
À travers le FICAM, la Fondation Aïcha aspire à inscrire Meknès et le Maroc comme une plateforme arabe et africaine du cinéma d’animation, à travers trois compétitions. Il s’agit du Grand Prix Aicha de l’animation (doté de 50.000 DH) qui en est à sa 14ème édition et qui est un soutien à l’émergence de jeunes talents marocains, et la compétition internationale du meilleur long-métrage d’animation, dont le Grand Prix, doté de 2.000 euros, est décerné par un jury junior, ainsi que le ‘’Courts Compét’’’, compétition internationale des courts-métrages d’animation, dont le Grand Prix est doté de 3.000 euros.
Cette 18ème édition mettra un focus sur le cinéma d’animation espagnol. Elle verra la participation de réalisateurs et producteurs espagnols de renom, dont Alberto Vazquez, qui présentera son long-métrage Psiconautas.
Ce focus sera également marqué par la présence de Carolina Lopez, directrice du Festival international de cinéma d’animation de Catalogne (ANIMAC) et Emilio de la Rosa, producteur et réalisateur de films d’animation et enseignant à l’école des arts de Madrid, lesquels présenteront une sélections de courts-métrages d’animation espagnols.
Une semaine durant, le public pourra suivre des projections inédites, des expositions, des tables rondes, des rencontres, une compétition internationale du court et du long-métrage d’animation et un important volet consacré à la formation des étudiants des écoles d’art et d’audiovisuel au Maroc. Cette année, un hommage sera rendu à l’illustrateur américain Peter de Sève, qui donnera également une master class, ainsi qu’au Japonais Isao Takahata.
Le Festival, qui a vu le jour en 2001 à l’Institut français de Meknès, s’affirme, comme un rendez-vous cinématographique ‘’incontournable’’ au Maroc et en Afrique.
Il attire chaque année un public nombreux composé d’élèves, de familles, de professionnels et d’étudiants de l’ensemble des écoles publiques marocaines dédiées à l’art et au cinéma.

A.A
Mercredi 6 Février 2019

Lu 700 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.