Le “ général de fer ” Zaloujny : Une nouvelle icône ukrainienne

 


Trois films marocains à l'affiche du Festival International du Film Oriental de Genève


Libé
Lundi 13 Juin 2022

Trois films marocains sont programmés dans le cadre de la 17ème édition du Festival International du Film Oriental (FIFOG) de Genève, qui lieu du 13 au 19 juin.


Il s'agit de "Children's Game" (Jeux d'enfants) de Rim Mejdi, "Habiba, un amour au confinement" de Hassan Benjelloun et "Le retour du passé" de Lakhdar Elhamdaoui. 
Présidée à titre honorifique par l’écrivaine libanaise Joumana Haddad, l’édition 2022 du FIFOG célèbrera le thème "La Liberté... au féminin", à "travers une cinquantaine de films, accompagnés d’une quarantaine d'invités venant d’Orient et d’Occident, qui seront présentés à un public toujours amoureux des mélanges culturels".


Par ailleurs, deux jurys, celui de la Compétition Internationale des longs-métrages fiction et celui de la Compétition Internationale des Courts-métrages, décerneront respectivement un FIFOG d’or et un FIFOG d’argent. Un jury scolaire récompensera le meilleur court-métrage d’un FIFOG d’or.


Aussi, dans la section Panorama, "le festival dévoilera, à travers des projections spéciales, quelques œuvres, tous genres confondus, poignantes, pertinentes et riches aussi bien en émotions qu’en poésie".


 


Bouillon de culture

Festival des musiques sacrées de Fès
          
A l'issue de quatre jours de concerts célébrant "l'Architecture et le sacré", la 26ème édition du Festival des musiques sacrées du Monde s'est clôturée en beauté, dimanche soir, avec une soirée dédiée à l'art du Samae et à la musique andalouse.


Lors de cette soirée, les frères de l’ensemble Al Zawiya d’Oman ont gratifié le public de la célèbre place Bab Makina de chants véhiculant des messages d'amour et de paix et soigneusement sélectionnés, embarquant les mélomanes et les amoureux de cet art soufi dans une expérience spirituelle et auditive unique.

Depuis sa création en 2015, l’ensemble Al Zawya qui se distingue par son ouverture sur la diversité de l’humain, oeuvre à faire connaître une partie de l'expérience spirituelle omanaise qui est en harmonie avec l'expérience mondiale en la matière, en ce sens qu'elle glorifie l'humain et fait ressortir sa dimension spirituelle infinie", a indiqué à la chaîne d'information en continu M24, Mohammed Moussa El Ballouchi, membre du groupe.


L'ensemble omanais a passé, par la suite, le relais de l’ascension céleste à l’Orchestre de Fès et aux Chantres de Meknès, sous la direction de Mohamed Briouel. Les musiciens et "monchidines" (vocalistes du sacré) ont tracé, dans le cadre de ce concert, "une voie escarpée et lumineuse entre transitions modulantes et contrastes rythmiques" au grand bonheur de l'assistance.

Ils ont puisé dans cette musique andalouse marocaine qui est un répertoire traditionnel d’art, vestige vivant de la brillante civilisation andalouse. Le canevas initial de cette musique est issu d’une symbiose culturelle au sein de l’Espagne musulmane. 
Au fil des siècles, le Maroc a intégré et enrichi sa musique andalouse grâce à des générations de maîtres musiciens et poètes qui ont assuré la permanence et la transmission orale d’un corpus monumental.

Servant aussi bien le sacré que le profane, c’est une même configuration modale et rythmique qui permet de réunir musiciens et vocalistes du sacré afin de produire un spectacle varié qui intègre les deux registres "Al Ala" et le "Samae".


Placée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, la 26ème édition du Festival de Fès des musiques sacrées du monde a offert, du 9 au 12 juin courant, une programmation riche mettant à l’honneur une brochette exceptionnelle d’artistes et de formations dans des sites uniques et rares qui célèbrent le patrimoine de la capitale spirituelle.



Lu 946 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >