Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Tirage au sort des huitièmes de finale de la Ligue des champions

Barcelone-Paris Saint-Germain, des retrouvailles au sommet


Rude tirage! Le 8e de finale de Ligue des champions à venir contre le FC Barcelone, officialisé lundi, ravive au Paris SG le cauchemar de la “remontada” subie en 2017... Maisles nouvellessont “rassurantes” pour sa superstar Neymar, touchée à une cheville. L’ancien attaquantsuisse Stéphane Chapuisat a eu la main lourde avec le PSG, lors du tirage au sort effectué lundi midi à Nyon (Suisse). Il lui a attribué l’un des deux adversairesles plusredoutablessur le papier, avec l’Atlético Madrid. Le Barça de Lionel Messi! Le PSG a rendez-vous dès le 16 février au Camp Nou, puis le 10 mars au Parc des princes, pour cette affiche en or, griffée des éraflures nées de la rivalité entre les deux clubs. “Encore une fois! Ce ne sera pas facile. Mais c’est toujours la même chose en Ligue des champions, comme on a un objectif important, on doit jouer contre des équipes de ce niveau-là”, a déclaré à l’UEFA le directeur sportif parisien Leonardo. Les antécédents entre Parisiens et Barcelonais - l’équipe que le PSG a le plus souvent affrontée en Coupe d’Europe de son histoire (11 fois) - remontent aux années 90, maisl’inimitié a pris une nouvelle dimension ces dernières années. Le Barça a éliminé deux fois en quarts le PSG de Laurent Blanc, en 2013 et 2015, puis, surtout, en 8es en 2017, avec la fameuse “remontada”. Vainqueur 4-0 à l’aller, le PSG d’Unai Emery a sombré 6-1 au Camp Nou. Cinq mois plus tard, Paris a pris une belle revanche au mercato en attirant son bourreau, Neymar, contre une indemnité record de 222 M EUR qui a laissé les supporters catalans amers. “Neymar nous avait fait mal à l’époque, maintenant il est avec nous, il a très envie de disputer cette rencontre et nous faire gagner”, a réagi Marquinhos, cité parson club. La superstar brésilienne a jeté un pont invisible entre les deux villes, où le téléphone rouge sonne dans les moments de tensions, comme en août 2019, quand “Ney” clame son désir de retrouver la Catalogne. Dernièrement, le maître à jouer brésilien a créé de nouvelles frictions, en affirmant son souhait de rejouer avec son ancien complice Messi, en fin de contrat en 2021. Mais de quel côté des Pyrénées ? Le spleen de la “Pulga” argentine fait rêver la capitale d’un nouveau transfert XXL, maisson président Nasser Al-Khelaïfi a refusé d’aborder la situation d’un joueur sous contrat avec un autre club. Les retrouvailles espérées entre Messi et Neymar, s’il est apte, seront l’attraction de cette affiche: un duel d’individualités, en l’absence de collectifs forts. Le Barça se remet toujours de sa raclée historique subie face au Bayern (8-2) en quarts de la C1 en août dernier. Son actuelle huitième place en Liga témoigne de l’ampleur du chantier, de la défense à l’attaque, au sein de laquelle Antoine Griezmann cherche encore sa place. Le PSG,s’il a réussi à se qualifier comme premier de son groupe, a livré dimanche contre Lyon (défaite 1-0) l’une de ses pires performances de la saison, rappelant qu’il n’avait pas encore trouvé son rythme de croisière. “Un grand pas en arrière”, a fustigé l’entraîneur Thomas Tuchel. Maisle technicien allemand a sans doute été rassuré par les examens médicaux passés par Neymar, sorti dimanche sur civière lors de la défaite contre Lyon (1-0), après un tacle de Thiago Mendes qui a pris en tenaille sa cheville gauche. “Le bilan clinique et radiologique de Neymar, danslessuites du mécanisme d’entorse de la cheville gauche (...) est rassurant”, a annoncé le PSG, sans préciser de durée d’indisponibilité. “Ça aurait pu être pire, mais une fois encore, Dieu m’a sauvé de quelque chose de sérieux”, a réagi l’ancien BarcelonaissurInstagram. Dansl’après-midi, RMC et L’Equipe estimaient qu’il pourrait revenir à SaintEtienne le 6 janvier prochain. “Ney” a donc déclaré forfait pour le choc à Lille dimanche, chez le nouveau leader de Ligue 1. Sa blessure a créé un début de polémique, amplifié par les antécédents médicaux du fragile maître à jouer brésilien, qu’a voulu éteindre Thiago Mendes, exclu pour son geste dangereux. “Les erreurs, ça arrive. Mais je suis ici pour demander sincèrement pardon à Neymar”, a-t-il écritsur Instagram durant la soirée. Le joueur a ainsi voulu répondre au père de Neymar, en colère face aux fautes que subit régulièrement son fils. “Pu... Jusqu’à quand? On en a tellement parlé, on a tellement souligné ces excès de violence! (...) Continuons ainsi et le football va beaucoup perdre”, a lancé le “Pai” (“Papa”) sur les réseaux sociaux.

Libé
Mardi 15 Décembre 2020

Lu 313 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 24 Octobre 2021 - 18:05 Patrick De Wilde, le globe-trotter

Dimanche 24 Octobre 2021 - 18:00 Le HUSA renoue avec la victoire

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS