Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Soutien exceptionnel à l’édition et au livre au titre de l’ année 2020




Quelque 1.735 projets ont bénéficié d’un soutien pour une enveloppe global de plus de 9,32 millions de dirhams, et ce dans le cadre du soutien exceptionnel à l’édition et au livre au titre de l’année 2020, a annoncé vendredi le ministère de la Culture, de la jeunesse et des sports - département de la Culture-. En application des textes régissant et définissant les modalités de soutien et tenant compte des dispositions du cahier des charges, la commission chargée de l’étude des dossiers de demande de soutien a examiné 3.468 projets, a détaillé le département sur son site web. La commission a retenu 1.735 projets englobant plus de 4,71 mds alloués à l’acquisition de 546 titres, avec un total de 78 090 exemplaires auprès de 43 éditeurs, près de 1,77 mds alloués à l’acquisition de 1064 titres pour un total de 22 765 exemplaires auprès de 31 libraires, près de 1,08 mdhs alloués à 48 opérations de sensibilisation à la lecture et 1,01 mdhs alloués pour l’édition de 47 numéros de revues culturelles, a précisé la même source. Ces projets englobent également 522.700 dhs alloués à 21 participations aux salons internationaux du livre (sous réserve des conditions sanitaires), 153.000 dhs alloués à sept bénéficiaires pour des résidences d’auteurs, et 80.000 dhs alloués pour l’édition de deux revues culturelles électroniques. Les ouvrages acquis dans cette opération de soutien exceptionnel serviront à alimenter et à enrichir le fond documentaire des bibliothèques publiques, a ajouté le ministère. Dans le cadre du soutien au secteur de l’édition et du livre, le ministère a lancé le 17 juin dernier un programme de soutien exceptionnel visant la promotion du livre, de la lecture et l’accompagnement des différents acteurs dans le domaine. Il est à noter qu’après un confinement qui a tout chamboulé, puis une relance en dents de scie, le secteur du livre a beaucoup souffert de la récession économique mondiale, consécutive aux multiples mesures restrictives adoptées pour endiguer la propagation du nouveau coronavirus (Covid-19), la pandémie des temps modernes. Déjà fragiles, les ventes de livres au Maroc ont été fortement impactées en cette période exceptionnelle, les librairies ayant été brusquement contraintes de fermer, alors qu’un passage vers l’ecommerce, opéré à la hâte, n’a rien arrangé, ou presque. “Catastrophique !”, ainsi est qualifiée cette période par le président de l’Union professionnelle des éditeurs du Maroc (UPEM),Abdelkader Retnani, également vice-président de la Fédération des industries culturelles et créatives(FICC) qui regroupe libraires, éditeurs, imprimeurs et lecteurs. La reprise timide de juillet et août, après la levée du confinement, a fait qu’en moyenne, et à ce jour, leslibraires et les éditeurs ont perdu jusqu’à 70% de leurs chiffres d’affaires par rapport à 2019, a-t-il confié à la MAP. “C’est énorme pour un secteur déjà assez fragile” avant même la pandémie, déplore le président de l’UPEM, qui prévoit une série de licenciements ou de faillites à cause de la situation agonisante.

SPB

Le chanteur indien S.P. Balasubrahmanyam surnommé “SPB”, très populaire dans son pays et également très prolifique avec quelque 40.000 chansons à son actif dans 16 langues indiennes, est décédé vendredi à 74 ans, de complications après une longue bataille contre le coronavirus. Il est mort d’un arrêt cardio-respiratoire, selon l’hôpital de Chennai (Sud) où il avait été admis en août après avoir initialement été testé positif au coronavirus. Durant ses plus de cinquante ans d’une carrière commencée en 1966, il a été tour à tour chanteur, musicien, compositeur, producteur et a prêté sa voix d’or à nombre d’acteurs, en particulier la vedette de Bollywood Salman Khan, pour les doubler dans des numéros chantants au cinéma. Il a reçu moult récompenses, notamment six prix nationaux pour des chansons interprétées en quatre langues —tamoul, telugu, kannada et hindi. Un flot d’hommages a inondé les réseaux sociaux dans le pays après l’annonce de son décès. Sur Twitter, Salman Khan s’est dit “le coeur brisé” et le Premier ministre Narendra Modi a loué “sa voix mélodieuse”, estimant que son départ laissait “notre monde culturel (...) très appauvri”.

Libé
Dimanche 27 Septembre 2020

Lu 457 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.