Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Salima Al Ansary coordonne les expositions d’art avec passion




Salima Al Ansary coordonne les expositions d’art avec passion
Son visage juvénile pourrait presque tromper le visiteur de passage aux expositions d’art qu’elle organise. La voix posée, le mot juste, Salima Al Ansary  est loin d'être une néophyte dans le milieu de l'art. Coordinatrice de l'Association Création et Communication (ACC) que préside sa mère Zohra Algo,  elle chapeaute au quotidien la destinée des activités lancées tout au long de l'année comme  «Les Mains qui voient» ou encore « Regards au féminin».
 «Mon travail englobe au final pas mal de missions», concède l'intéressée qui, du haut de ses 31 ans,  est considérée comme une figure-clé dans le paysage artistique marocain. Elle est à la fois consultante artistique, collaboratrice avec bon nombre de plasticiens d’ici et d’ailleurs dont le grand artiste feu Abdelatif Zine, le Français Ricou et commissaire de plusieurs expositions.
Ses fonctions lui permettent entre autres de se charger de la programmation et de la recherche d'artistes pour les événements à venir. Elle gère également l'organisation et le bon déroulement des expositions, des ateliers thématiques, sans oublier de développer des rencontres entre les artistes,  les médias et le grand public. «Je suis un peu multitâche ici. Mais ce métier, comme d'autres, je l'exerce par passion», lance Salima qui s’emploie depuis plus de dix ans auprès du public, afin d'offrir une ouverture sur l'art et la création artistique contemporaine, y compris les arts numériques. Elle cherche à enrichir son engagement avec les artistes, conçu comme un travail de fond, qui se prolonge à travers le commissariat de plusieurs expositions.  
En quoi consiste donc son travail? « A mon avis, ce sont les mêmes tâches que les commissaires d’exposition plus historiques qui ont commencé à travailler dans les années 60: organiser des expositions, faire de l’administration, travailler avec les artistes sur des projets, s’occuper des aspects pratiques… Tout dépend des structures et des contextes. Lorsque l’on travaille sur de petits espaces on touche un peu plus à tout: on écrit autant les textes qu’on s’occupe de la régie», poursuit-elle.  Une passion qu'elle a su nourrir durant ses études en arts plastiques et pendant ses stages de formation, dans plusieurs lieux culturels et auprès de plusieurs associations, passionnés d'art, galeristes, collectionneurs, experts, entre autres.
Au gré de ces expériences, Salima s'est découvert une nouvelle vocation, un rôle qu'elle n'aurait jamais envisagé au début de son cursus professionnel. Une fonction plus «sociale» comme elle aime à le qualifier. «Le contact avec le public est quelque chose qui m'anime. J'adore être en contact avec les visiteurs et avoir leur ressenti sur les œuvres qu'ils découvrent. Il me manquerait quelque chose si je n'avais pas cet élément dans ma profession».   Cette passion pour l’art et la culture chez Salima ne date pas d’hier. Elle la fredonne depuis sa tendre enfance. Trop tôt, la fille du cinéaste Abdellatif El Ansary et de la photographe Zohra Algo, a fait ses premiers pas dans plusieurs spots publicitaires en prêtant sa voie dans des  messages radiophoniques.  
Quelques années plus tard, elle entre de plain-pied dans le monde du quatrième art où elle a joué dans plusieurs pièces de théâtre après avoir suivi une formation en musique et en théâtre au Conservatoire municipal de Casablanca.  Sa verve pour l’art l’a conduite au monde du cinéma aussi où elle a participé à la réalisation de plusieurs œuvres  cinématographiques et a campé des rôles dans des téléfilms et longs métrages.
Parfaite touche- à- tout, Salima découvre le monde de la mode à ses 21 berges et décide d’entamer une série d’événements en tant que  chef de projets notamment dans l’organisation  du  Salon de la Haute Couture marocaine et  des défilés nationaux et internationaux aux côtés de stylistes et couturiers de renom.   Et avant de décider de se consacrer uniquement au commissariat d’expositions et au management d’artistes,  la jeune Casablancaise a officié quelque  temps en tant qu’hôtesse de l' air, lauréate  de «Air Crew Private  Academy ".

Vendredi 26 Janvier 2018

Lu 766 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif