Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Saham Finances passe sous la bannière sud-africaine

Sanlam, groupe financier coté aux bourses de Johannesburg et de Namibie, détient désormais 90% de l’entreprise marocaine




 C’est fait. Saham Finances est passé dans le giron de Sanlam. Après obtention des différentes approbations réglementaires auprès des instances de régulation des pays concernés, le groupe sud-africain a annoncé avoir finalisé l'opération d’acquisition de la participation restante de 53,37% de Saham Finances.
Une acquisition qui donne naissance à un groupe de services financiers panafricain à même d’offrir une gamme complète de produits à la clientèle des particuliers et des entreprises, a indiqué Saham Finances dans un communiqué diffusé jeudi 11 octobre soulignant que la taille et le rayonnement international du groupe financier sud-africain coté aux bourses de Johannesburg et de Namibie constituent des atouts stratégiques considérables.
Des atouts qui lui permettent de « développer son portefeuille de clientèle multinationale, consolider son positionnement sur le marché des risques spécialisés, des assurances de personnes et d’être le partenaire de référence des assureurs qui ne disposent pas, à ce jour, de présence en Afrique », a estimé le premier groupe d’assurance panafricain (hors Afrique du Sud).
Pour rappel, le partenariat entre les deux groupes remonte à 2016, lorsque Sanlam Emerging Markets avait acquis une participation de 30% dans le capital de Saham Finances. Avant de la porter, un an après, à 46,6%.
A présent, suite à cette transaction, qui a pris effet le jour même de la diffusion de son annonce, Sanlam et Santam (le premier assureur non-vie en Afrique du Sud avec une part de marché dépassant 22%) détiennent désormais respectivement 90% et 10% du capital de Saham Finances.
Pour le PDG du groupe Sanlam, Ian Kirk, la conclusion de cette transaction est une excellente opération dans la mesure où elle marque une étape importante dans le déploiement de la vision de Sanlam de s’ériger en groupe financier de premier ordre sur le continent.
Selon le communiqué qui le cite, il a estimé que « les synergies ainsi dégagées et l’expertise conjointe de Sanlam, Santam et Saham Finances offrent au Groupe Sanlam l’occasion de développer ses activités d’assurance vie sur les marchés francophones et de tirer profit de l’expertise du Groupe pour développer son portefeuille d’assurances IARD (non-vie) ».
En effet, cette acquisition renforce la présence directe de Sanlam, qui a enregistré l’année dernière un chiffre d’affaires de 1,2 milliard, dans 33 pays, du Cap au Maghreb, en passant par l’Afrique orientale et occidentale. Elle permet au Sud-africain d’être présent dans les activités d’assurance au Maroc, en Algérie, en Tunisie, au Niger, au Mali, au Sénégal, en Guinée, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Togo, au Bénin, au Cameroun, en République du Congo, à Madagascar. Pas que, puisque le groupe sera aussi présent en Angola, au Liban et en Arabie Saoudite.
Pour Ian Kirk, il ne fait aucun doute que le groupe qu’il dirige est fort d’un positionnement de choix « pour être le partenaire incontournable en matière de services financiers pour les multinationales opérant en Afrique».
Tout aussi satisfait, le CEO de Sanlam Emerging Markets, Junior Ngulube, a souligné la dimension africaine du nouvel ensemble estimant qu’il est « sans égale dans le secteur» et que « forts de notre expertise dans les domaines de l’assurance non-vie, vie, produits spécialisés et la gestion d’investissements en Afrique, nous pouvons désormais saisir les opportunités en matière de vente croisée et de diversification de nos activités ».
Mieux, Junior Ngulube a aussi assuré qu’à travers Santam, « nous proposerons aussi des solutions d’assurances spécialisées, de même que nous rechercherons les opportunités de croissance sur le continent », affirmant que la transaction bénéficie de l’appui confirmé et du soutien du conseil d'administration ainsi que du management de Saham Finances.
C’est ainsi que, a-t-il affirmé, Nadia Fettah continuera d’assurer ses fonctions de directrice générale de Saham Finances et rejoindra à ce titre le comité exécutif de Sanlam Emerging Markets, aux côtés d'Emmanuel Brulé, directeur général adjoint de Saham Finances.
De son côté, Nadia Fettah a assuré que cette opération profitera aussi aux 3.000 collaborateurs que compte à ce jour l’entreprise dont elle a la charge, « dans la mesure où elle leur ouvrira indéniablement de nouvelles perspectives de développement professionnel et personnel », a-t-elle déclaré.

Alain Bouithy
Samedi 13 Octobre 2018

Lu 806 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés