Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Reprise attendue de l’économie nationale en 2023 et 2024

Le HCP table sur une croissance de 3,3% cette année et 3,6% l’année prochaine


Alain Bouithy
Vendredi 14 Juillet 2023

Reprise attendue de l’économie nationale en 2023 et 2024
Après une forte décélération enregistrée en 2022, la croissance de l’économie nationale devrait s’accélérer en 2023 et 2024, selon les récentes prévisions du Haut-commissariat au plan (HCP) soulignant que l’inflation devrait ainsi ralentir à 1,8% en 2024 au lieu de 2,8% en 2023.

D’après les dernières prévisions économiques de l’organisme public, l’activité économique nationale devrait se redynamiser en 2023 pour atteindre 3,3%, grâce principalement aux activités primaires et tertiaires.

La reprise de l’économie nationale devrait se poursuivre l’année prochaine, indique le Haut-commissariat estimant que le Produit intérieur brut (PIB) devrait par la suite enregistrer une croissance de 3,6% en 2024, compte tenu d’une évolution de 4,1% des impôts et taxes sur les produits nets de subventions.

Il est à préciser que ces perspectives économiques pour l’année 2024 sont établies sur la base d’« un scénario d’une production céréalière moyenne durant la campagne agricole 2023/2024 et tiennent compte également de la reconduction de la politique budgétaire en vigueur durant l’année 2023», a fait savoir le HCP.

Les hypothèses susmentionnées montrent que «le secteur agricole devrait dégager une hausse de 8,3% en 2024 au lieu de 6,7% en 2023, confortée par la consolidation de la production végétale et le redressement attendu de l’activité de l’élevage», a indiqué le Haut-commissariat dans le Budget économique exploratoire 2024.

Les activités non agricoles devraient pour leur part maintenir leur taux de croissance à près de 2,9% au cours de l’année prochaine, poursuit le document estimant que le secteur secondaire devrait être marqué par un regain du dynamisme.
L’inflation devrait ralentir à 1,8% en 2024 au lieu de 2,8% en 2023
Ce regain serait visible «non seulement au niveau du secteur minier et énergétique, mais également au niveau des industries de transformation et du BTP», souligne la même source estimant ainsi que sa valeur ajoutée devrait afficher un accroissement de 2% en 2024 au lieu de 0,3% en 2023.

Dans son Budget économique exploratoire 2024, le HCP table en outre sur une hausse de la valeur ajoutée du secteur minier de 1,6% en 2024 au lieu d’une baisse de 4,2% en 2023. 
Après avoir affiché une contreperformance de son activité depuis l’année 2022, ce secteur «devrait profiter de la demande extérieure, notamment en provenance de l’Inde et du Brésil, dans le contexte d’une baisse prévue des cours du phosphate et ses dérivés au niveau international», a estimé l’institution.

En ce qui concerne le secteur du bâtiment et travaux publics, l’organisme public s’attend à un accroissement à un rythme plus soutenu que celui enregistré en 2023 de la valeur ajoutée.
Selon son analyse, ce secteur devrait profiter «de l’apaisement attendu des prix des matériaux de construction, de la consolidation de l’investissement public et des mesures relatives au soutien à l’acquisition des logements».

Tirés par la reprise de la demande intérieure, les services marchands devraient de leur côté enregistrer une croissance de 3,1% en 2024, notamment sous l’effet du raffermissement de la performance de l’activité touristique, du commerce et du transport ainsi que de l’amélioration des activités financières, d’après le HCP.

Quant au transport aérien, corrélé à l’activité touristique, il devrait continuer d’enregistrer une croissance soutenue en 2024, selon les prévisions du Haut-commissariat qui estime que le transport maritime devrait en parallèle « tirer profit de la dynamique des échanges commerciaux extérieurs, en particulier du redressement prévu des exportations de phosphate et de ses dérivés».

Enfin, toujours selon ses prévisions, «l’activité du commerce devrait afficher une bonne tenue en 2024 stimulée par l’accroissement de la demande intérieure, la poursuite de la performance du tissu productif national, et la décélération de l’inflation, enregistrant ainsi une croissance de 1,8% en 2024 au lieu de 1,1% en 2023 ».    
    
Alain Bouithy


Lu 447 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | USFP | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020 | Videos USFP











Flux RSS
p