Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ramadan en Italie

La célébration bat son plein


Libé
Vendredi 22 Avril 2022

Ramadan en Italie
Tenues et plats traditionnels, spiritualité, chaleur familiale et solidarité…la célébration du mois de Ramadan bat son plein en Italie. La diaspora marocaine, attachée à ses traditions séculaires, ne lésine pas sur les moyens pour revivifier l'atmosphère unique, magique et enchanteresse de ce mois sacré empreint de valeurs pures et de saveurs alléchantes.

Il est 16h, femmes et hommes s’arrachent les paniers d’emplettes faites avec soin et déambulent les rayons du Porta Palazzo à Turin, envahi par les effluves d’encens et les odeurs du miel, des graines de sésame et des cacahuètes et amandes grillées qui fusionnent avec les senteurs du pain et des crêpes marocaines.
Les Italiens connaissent nos traditions et nos rituels religieux, faisant preuve d’ un sens élevé d’ empathie
En direction du Corso Giulio Cesare, les saveurs s’intensifient et il demeure de plus en plus difficile de se frayer un chemin entre les étals des délices marocaines destinées à garnir la table de la rupture du jeûne dont la fameuse Chebakia, ainsi que d'autres produits prisés durant ce mois béni. Des panneaux en arabe, des mannequins exposant des tenues traditionnelles et des stands de décoration au henné viennent s’ajouter également au décor, restituant ainsi l’image des marchés marocains lors du mois béni.

"Ici, je me sens comme au pays. La communauté marocaine, dont la majorité s’est installée en Italie depuis des dizaines d’années, est fortement présente à Turin", explique à la MAP Ihssan, une Marocaine installée en Italie depuis 16 ans, qui faisait ses courses en compagnie de sa fille de 11 ans, toutes les deux vêtues en djellabas de cachemire brodées.

Des morceaux de citrouilles, des carottes et des courgettes sortaient de son panier. "J’ai acheté les légumes nécessaires pour préparer le couscous, obligatoire pour célébrer la moitié du Ramadan", lance-t-elle avec un grand sourire.
 
 Pour cette maman de trois enfants originaire de Casablanca, il est important de vivre et de transmettre à sa progéniture toutes les traditions, pour qu’ils restent liés à leurs origines tout en s’adaptant à la culture italienne, qui s’avère compréhensive et tolérante.

 “Les Italiens connaissent nos traditions et nos rituels religieux, faisant preuve d’un sens élevé d’empathie”, poursuit-elle, notant que “la plupart des centres de formation du soir distribuent des dattes et de l’eau à leurs étudiants à l’heure de la rupture du jeûne”.

Outre les friandises, les grands bazars du Porta Palazzo, le plus grand marché à ciel ouvert en Europe, proposent les épices de la cuisine marocaine, qui attise les appétits par ses multiples formes, textures, couleurs et parfums. Ils étalent également tous les produits traditionnels nécessaires pour une expérience authentique au bain maure, situé aux côtés du marché, de quoi se détendre et se préparer aux festivités liées à ce mois de purification.

Dans les alentours du “Mercato”, installé en plein centre-ville à la Piazza Repubblica, l’ambiance bat son plein même après le ftour. Les mosquées du quartier se remplissent de fidèles pour la prière des Tarawih.

 “La communauté musulmane a finalement pu se rassembler après deux années perturbées par le Covid”, s’est félicité Mohamed, imam marocain d’une mosquée à Turin, affirmant à la MAP que la solidarité, l’entraide et l’altruisme sont au rendez-vous entre les membres de la communauté musulmane.

Selon lui, c’est devenu désormais une habitude louable chez la diaspora marocaine qui se voue à des opérations de bienfaisance destinées aux nécessiteux.

"Grâce à leurs dons, les mosquées organisent quotidiennement des Iftars collectifs où les valeurs de partage deviennent les maîtres mots en ce mois de ressourcement spirituel”, a-t-il dit.

Dans le même esprit, les associations marocaines en Italie multiplient les initiatives pendant le mois sacré. Outre le volet humanitaire, la société civile marocaine organise des activités culturelles et sportives allant des soirées littéraires aux tournois de football, véritable rituel ramadanesque marocain.

De Turin à la Sardaigne, passant par Rome, le Ramadan demeure un fort repère culturel et religieux, dont l’ambiance est proportionnelle selon l’importance de la communauté musulmane dans chaque région. Une purification spirituelle, des saveurs culinaires, une richesse sensorielle et une convivialité inspirante en sont les dénominateurs communs. Les Marocains d’Italie profitent pleinement de ce mois sacré, une opportunité pour se ressourcer et raviver les souvenirs de la patrie malgré les contraintes de la vie occidentale.

Par Hajar Erraji (MAP)


Lu 813 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS