Le “ général de fer ” Zaloujny : Une nouvelle icône ukrainienne

 


Quand Drake et Beyoncé frappent à la porte de la house


Libé
Vendredi 8 Juillet 2022


Drake et Beyoncé ont surpris en s'inspirant de la house, musique des années 1990: un revival qui permet d'honorer des pionniers afro-américains oubliés de ce courant de la musique électro.
 Le Canadien a tiré le premier avec l'album "Honestly, Nevermind" le 17 juin, précédant de quatre jours "Break my soul", single de l'Américaine.

Exit le rap ou le R'n'B: les deux mégastars donnent dans un registre house, branche de l'électro répandue dans les clubs européens il y a 30 ans. "Je suis un peu sidéré: qui avait vu venir ça ?", commente pour l'AFP David Blot, journaliste français et organisateur dans les années 90 des soirées house "Respect" exportées de Paris à New York. "Drake avec +Passionfruit+ (2017) touchait un peu à la house mais, là, c'est choquant, dans le bon sens du terme. Et, Beyoncé, c'est carrément +dance+, même si +Formation+ (2016) avait déjà des couleurs un peu house" poursuit le co-auteur du roman graphique "Le chant de la machine", dédié à l'histoire de la house.


Les deux stars sont bien placées dans les charts, en dépit d'un accueil parfois rugueux. Drake fut ciblé sur les réseaux sociaux, sur fond de supposée trahison envers la communauté afro-américaine (dont son père est issu). A l'image de ce tweet: "Qu'est-ce que c'est que cet album pour blancs de Drake ? C'est pour les clubs d'EDM". 
L'EDM, "Electronic dance music", est une expression qui ramasse la musique électro la plus commerciale. Dans les années 1990, Ace of Base, groupe suédois à hits, était un des symboles de ce qu'on nomme aussi l'Eurodance, excroissance de la house.
 Mais Questlove, batteur américain de The Roots, véritable bible musicale, a recentré le débat sur ses réseaux sociaux, partant à la rescousse de "D&B", soit Drake et Beyoncé.


Le musicien y dénonce d'abord un "dédain" envers l'importance de la culture noire dans l'électro. Et se dit heureux "que D&B mènent la charge" car l'histoire de la house s'est aussi écrite avec des DJ-producteurs afro-américains.


Chez les archéologues musicaux, pour les origines de la house, une ville, un club et un nom reviennent toujours: Chicago dans les années 1980, The Warehouse, Frankie Knuckles, DJ-producteur afro-américain décédé en 2014.


L'anecdote est célèbre. Un jour, Knuckles voit sur la devanture d'un bar: "Ici on joue de la house music". Il demande à la personne qui l'accompagne ce que ça signifie: "C'est la musique que tu joues au Warehouse, Frankie !"
A l'époque, les habitués du club se donnent rendez-vous à la "House", diminutif du Warehouse. Knuckles disait modestement: "Les gens ne voulaient plus de disco, on leur a donné une autre musique". 
De fait, en mixant plusieurs musiques, Knuckles débarrasse le disco de ses artifices, injecte un groove-battement de coeur et une rythmique qui claque.


Knuckles, un nom tombé dans l'oubli aux Etats-Unis, comme ceux d'autres de ses pairs, Ron Hardy ou Marshall Jefferson. "Aux USA, cette musique est restée longtemps dans l'indifférence, sans doute à cause des liens avec les communautés noire, latino, gay des scènes de New York, Chicago ou Detroit (techno, pour cette ville)", complète David Blot, voix de la station Radio Nova en France.


Dans "Break my soul", Beyoncé sample un standard de dance music des années 90, "Show me Love" de Robin S. Le futur album de "Queen B", "Renaissance", le 29 juillet, sera-t-il entièrement house ?


L'album sonnera en tout cas très club, selon les indices du magazine Vogue, seul média qui a pu écouter le disque chez Beyoncé. Pour la séance photo, elle voulait évoquer "la scène garage des années 90" et les "excès des années 80", selon Vogue.



Lu 2155 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.