Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pour les clubs, la tentation de retenir les internationaux face au Covid-19


Et si la Covid-19 affaiblissait le football des nations ? La Fifa a assoupli ses règles de convocation des joueurs pour la prochaine trêve internationale, et certains clubs vont retenir leurs stars, malgré des matches de qualification pour la prochaine Coupe du monde, notamment. Dès lundi, la majorité des sélections nationales du globe entament un rassemblement international d'une dizaine de jours.

En Europe et en Amérique du Nord, l'heure est aux qualifications pour le Mondial-2022, tandis qu'en Afrique, les qualifications pour la Coupe d'Afrique des nations (CAN) touchent à leur fin. En Amérique du Sud en revanche, les qualifications du Mondial ont été reportées, facilitant la gestion des cas de nombreuses stars (Neymar, Lionel Messi...) qui resteront au sein de leur club. Problème: toutes ces rencontres impliquent des centaines de kilomètres de voyages, des dizaines de pays visités et autant de risques supplémentaires de contracter le virus... Ou de devoir respecter au retour, selon les restrictions mises en place, une période d'isolement plus ou moins longue, mais absolument pas compatible avec le calendrier des compétitions de clubs. Consciente de cette situation, la Fifa a assoupli depuis plusieurs mois les règles de mise à disposition des joueurs internationaux.

Depuis août dernier, elle permet en effet aux clubs de conserver leurs internationaux si "une quarantaine d'au moins cinq jours est obligatoire à compter de l'arrivée" sur le lieu "où est censé se disputer le match de l'équipe nationale" du joueur, ou sur le lieu du club de celui-ci à son retour. Par exemple, le Bayern Munich, dont le joueur autrichien David Alaba doit se déplacer en Ecosse, zone considérée "à risques" par l'Allemagne, est en droit de retenir son défenseur pour lui éviter une quarantaine de 14 jours à son retour. "On s'oriente vers le fait qu'il ne puisse pas y aller", a affirmé son entraîneur Hansi Flick mardi. Partout en Europe, les prises de position des clubs se multiplient en faveur du blocage des internationaux amenés à voyager hors du Vieux Continent. "On ne peut pas laisser les garçons partir et ne se préoccuper de la situation qu'à leur retour", a récemment pesté Jürgen Klopp, l'entraîneur de Liverpool. "Nous sommes à une époque où il n'est pas possible de contenter tout le monde et il faut reconnaître que les joueurs sont payés par les clubs, ce qui signifie que nous sommes prioritaires". En France, les clubs de L1 et L2 ont décidé de ne pas libérer leurs internationaux amenés à évoluer hors de l'Union européenne pendant la trêve de mars, en raison d'une possible septaine sanitaire à leur retour. Cette décision, issue d'une consultation auprès des présidents de clubs, a été prise "à l'unanimité" selon la Ligue de football professionnel (LFP), alors que plusieurs équipes françaises avaient fait part de leur volonté de retenir leurs internationaux, comme Brest, Nantes, Metz ou Dijon.

Cette décision va plus loin que la "position commune" actée mardi sur le sujet, qui prévoyait une mise à disposition uniquement "si le cadre sanitaire exigé par les instances françaises est respecté par les fédérations étrangères", selon un communiqué des syndicats de clubs Première Ligue - UCPF. Et cela promet un joli casse tête pour de nombreuses équipes africaines dont les principaux joueurs évolueraient en Ligue 1 ou en Ligue 2... Pour les sélectionneurs, ce nouveau contretemps survient après de nombreux rassemblements marqués par les polémiques entre clubs et sélections, sur fond de calendrier surchargé et matches reportés pour cause de crise sanitaire. Le sélectionneur suédois Janne Andersson a notamment déploré l'absence de Marcus Danielson et Gustav Svensson, qui évoluent en Chine. "Bien sûr, c'est ennuyeux qu'ils soient stoppés", a-t-il regretté en conférence de presse. De son côté, le sélectionneur de la Guinée, Didier Six, a dû négocier avec Liverpool pour avoir son milieu Naby Keita pour le premier match, contre le Mali le 24 mars, et le laisser repartir ensuite pour qu'il respecte une période d'isolement. "Cela ne sert à rien de râler, il faut comprendre les clubs", indique-t-il à l'AFP. 

Libé
Jeudi 18 Mars 2021

Lu 161 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 22 Octobre 2021 - 18:00 Tour d'Europe des stades Place au show

Vendredi 22 Octobre 2021 - 18:00 Ligue Europa: Les favoris assurent

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS