Place au festival du cinéma en espagnol


Libé
Vendredi 20 Mai 2022

Place au festival du cinéma en espagnol
L’Institut Cervantes de Rabat organise, du 20 mai au 2 juin, la sixième édition du festival du cinéma espagnol.

Cette manifestation cinématographique présente certaines productions des plus significatives du cinéma hispanophone dans le monde, avec la projection de 13 films à partir de 18H30 au siège de l’Institut Cervantes de Rabat, a indiqué un communiqué de l'Institut culturel.

Selon la même source, l’organisation de ce cycle s'inscrit dans le cadre des initiatives de l’Institut Cervantes de Rabat en partenariat avec les ambassades des pays hispanophones accrédités au Maroc, à savoir, l’Argentine, le Chili, la Colombie, Cuba, le Salvador, l’Espagne, le Guatemala, la Guinée Équatoriale, le Mexique, le Panama, le Pérou, la République Dominicaine et le Venezuela.

 Les films seront projetés en version originale en langue espagnole et sous-titrés en français, en arabe et en anglais, a-t-on précisé. Le cycle de cinéma démarrera avec la projection de “Inocencia” (Alejandro Gil, 2018- Cuba), “Anu Ngan ou en la guarida del diablo” (Santiago Nfa Obiang, 2016- Guinée Équatoriale) et “El buen patrón” (Fernando León de Aranoa, 2021- Espagne), ont souligné les organisateurs.

 Il s'agit en outre de la projection des films, “La palabra de Pablo” (Arturo Menéndez, 2018- Salvador), “Un destello interior” (Andrés Eduardo Rodríguez, Luis Alejandro Rodríguez, 2020- Venezuela), “El llamado del desierto” (Pablo César, 2018- Argentine) et de “Los ajenos fútbol club” (Juan Camilo Pinzón, 2019- Colombie).

Les cinéphiles peuvent également visionner les films “Corazón de Mezquite” (Ana Laura Calderón, 2019 – Mexique), “Lo que siento por ti” (Raúl Camilo, 2018- République Dominicaine), “El agente topo” (Maite Alberdi, 2020- Chili), “La pasión de Javier” ( Eduardo Guillot, 2019- Pérou ), “Septiembre, un llanto en silencio” (Kenneth Müller, 2017- Guatemala) et “Algo azul” (Mariel García Spooner, 2021- Panama), conclut le communiqué.

Concert
La fondation Al Mada - Villa des arts de Rabat organise, le 27 mai à 19h30, un concert inédit de fusion avec le groupe Oujdi Snitra. Fondé en 2015, le groupe Snitra travaille sur des fusions profondément ancrées dans la culture musicale de la région orientale, une ode à l’identité musicale nord-africaine où gnawa, reggada, gharnati et issawa fusionnent avec du rock, reggae et jazz.
 
Parution
 L'ouvrage collectif en arabe "Safi : histoire, culture et enjeux du développement", vient de paraître aux éditions de l'association Mémoire de Safi.
Cette publication collective traitant de l'histoire et de la culture de la ville de Safi a été coordonnée par Dr Nafissa Dahbi.
 
Biennale
 La 14ème édition de la Biennale d'art africain contemporain, devenue la plus importante manifestation du genre sur le continent, s'est ouverte jeudi à Dakar.
Après un report en 2020 à cause du Covid-19, cette 14ème édition accueille jusqu'au 21 juin, le meilleur de la création contemporaine du continent africain dont la peinture, la sculpture, les installations monumentales et les performances.
 
Livre
La fondation Al Mada organise, le 25 mai à 19h00 à la Villa des arts de Casablanca, la présentation du livre "Averroès - Les vérités de l’Islam" de l'auteur Mounir Serhani.
Force est de constater dans cet essai sur la pensée et l’héritage d’Averroès, que l’interprétation intervient dans le cadre de la détermination des rapports entre la religion et la philosophie comme une démarche impliquant l’examen des textes sacrés.
 
Poésie
La Maison de la poésie de Tétouan a organisé, mercredi, un nouvel épisode de la rencontre "Jardins de la poésie", avec la participation des poètes Fatima El Maimouni, Arafa Belkat et Redouane Khadid.

Cet événement, tenu au jardin du Musée archéologique de Tétouan à l'occasion de la Journée internationale des musées, a été marqué par des lectures poétiques, des performances musicales données par les artistes Mohamed Aghbalou, Jamal El Kammas, Ihab Al Ghiba et Mohamed Alaoui, et une exposition en plein air des oeuvres de l'artiste peintre Mohamed Ghazoula, le temps d'un dialogue poétique, musical et d'art plastique porteur de sens.
Dans cette atmosphère joyeuse et conviviale, les poètes invités ont récité des poèmes de leurs recueils les plus connus, au plus grand bonheur d'un public assoiffé de la belle parole et de ce magnifique mélange de voix et d'instruments.

Dans une déclaration à la MAP, le directeur de la Maison de la poésie, Mokhlis Sghir, a souligné que la rencontre "Jardins de la poésie" est liée à la saison du printemps, notant que la Maison tient à l'organiser au cours de cette saison du renouveau, qui est à la fois poétique et romantique, dans les jardins de la ville de Tétouan et ceux d'autres villes.


Lu 2259 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.