Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Paris en fête




"On est en finale !": les supporteurs de l'équipe de France ont laissé éclater leur joie mardi soir à Paris, inondant dans la foulée les Champs-Elysées, après la victoire des Bleus face aux Belges (1-0) en demi-finale de la Coupe du monde de football à Saint-Pétersbourg, ont constaté des journalistes de l'AFP.
Deux heures après la fin du match qualifiant les Français en finale, les Champs-Elysées - fermés à la circulation en début de soirée - ont été pris d'assaut par plusieurs centaines de milliers de personnes.
Les images de cette foule compacte, rassemblée sur la plus célèbre avenue du monde et chantant la Marseillaise, rappelle la communion de 1998, qui a vu les Bleus de Zidane gagner la Coupe du monde, sacre déjà célébré sur les Champs.
Martin 15 ans, la voix totalement cassée: "On a beaucoup entendu parler de 98, j'étais pas né. On fait un nouveau 98 ! J'imagine pas la fête que ça va être dimanche quand on sera champions du monde !". Et d'entonner avec ses copains "Champions du monde ! Champions du monde ! Champions champions, Champions du monde !".
"C'est énorme! Enorme! Je suis trop fière, ils sont trop forts", s'enthousiasme Justine, 17 ans, persuadée qu'"on va la gagner, on peut plus perdre maintenant, on est invincibles !".
Les fumigènes embrasent la nuit, en alternance avec les lourdes détonations de pétards, a constaté un journaliste de l'AFP.
Ebahis, des touristes filment la fête depuis les trottoirs des Champs-Elysées, et un couple de Japonais explique n'"avoir jamais vu ça".
Après la victoire des Bleus, un concert de klaxons a retenti dans les rues de la capitale, en échos aux "On est en finale" venus des terrasses des bars parisiens.
Les gens sautent dans tous les sens, se prenant dans les bras, et les couples s'embrassent debout sur les tables de cafés.
"Vive la France, vive la République", lancent deux jeunes lycéennes parisiennes, Alia et Sacha.
Aux balcons, des familles agitent des drapeaux sur la rue de Rivoli et les enfants en maillot français saluent la foule.
"On est champions du monde les gars", clame un trentenaire à sa bande d'amis. "Arrête ! Tu vas nous porter la poisse", lui répond l'un d'eux avant qu'ils reprennent en choeur: "On est en finale!"
Dans le métro sur la ligne 1 en direction des Champs-Elysées, le wagon vibre sous les sauts des supporteurs aux cris de "Qui ne saute pas n'est pas Français". "20 ans après c'est magnifique", s'exclame Tom, 16 ans. "On va communier tous ensemble sur les Champs. Pour moi c'est une nouveauté j'ai toujours rêvé de vivre ça depuis que je suis tout petit", confie-t-il, sourire aux lèvres, à une journaliste de l'AFP.
Dans le quartier touristique de Pigalle, l'ambiance est aussi à la fête. A quelques mètres du Moulin Rouge, les pétards claquent, les plus audacieux se hissent sur le toit des bus, tandis que d'autres tirent des fumigènes, a constaté un journaliste de l'AFP.
"C'est magnifique", hurle Thierry Perier, 45 ans, venu avec sa fille de 8 ans. "On a besoin de ça en France, on le mérite. On a les meilleurs joueurs et pour le moral des Français, gagner la Coupe serait le plus beau des cadeaux", ajoute ce cadre parisien, la voix éraillée à force d'avoir crié.
Peu après minuit, les Champs-Elysées ont été évacués progressivement par les forces de l'ordre. Partant de la place de l'Etoile, une dizaine de camions de CRS ont descendu l'avenue lentement, parfois visés par des jets de bouteilles, les policiers répondant avec des grenades lacrymogènes.
Des rassemblements ont également eu lieu sur les places de la République et de la Bastille, à Paris, mais aussi dans de nombreuses villes à travers tout le pays, notamment sur le Vieux-Port à Marseille, à Montpellier, Strasbourg, Rennes et Nice, où un mouvement de foule a fait une trentaine de blessés légers.

Libé
Jeudi 12 Juillet 2018

Lu 176 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés