Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Omayma El Guerssifi, première lauréate du “Prix Farid Belkahia”




Omayma El Guerssifi, première lauréate du “Prix Farid Belkahia”
Le "Prix Farid Belkahia" a été décerné, samedi soir à Marrakech, par la Fondation Farid Belkahia à la jeune peintre Omayma El Guerssifi, lauréate de l'Institut national des Beaux-Arts de Tétouan. Cette jeune artiste, qui a décroché son diplôme en 2017, devient ainsi la première récipiendaire de ce prix lancé par la Fondation Farid Belkahia, en partenariat avec le Groupe OCP, pour susciter l’intérêt des jeunes pour la peinture et l’art contemporain. Les membres du comité scientifique de la Fondation, composé de Jean-Hubert Martin, ancien directeur du Centre Georges-Pompidou à Paris, de Brahim Alaoui, ancien directeur artistique de l'Institut du monde arabe et de Rajae Benchemsi, critique d'art et présidente de la Fondation Farid Belkahia, ont décidé, d’un commun accord, d’attribuer ce prix, dans sa première édition, à cette jeune peintre après examen de dix dossiers, dont la moitié émanait de l’école supérieure des Beaux-Arts de Casablanca et le reste de l’Institut national des Beaux-Arts de Tétouan. 
Dans une déclaration à la MAP lors de la cérémonie de remise de ce prix, organisée au sein du Musée Farid Belkahia, Omayma El Guerssifi n'a pas caché son "émotion" et sa "fierté" quant à cette distinction. Et d'ajouter qu'outre sa valeur matérielle, ce prix constitue pour elle une source de motivation alors qu'elle est encore au début de sa carrière artistique, surtout que cette distinction émane d'une aussi prestigieuse Fondation qui porte le nom d'une grande figure artistique et l'un des pionniers de l'art contemporain au Maroc. Pour sa part, Mme Benchemsi a précisé, dans une déclaration similaire, que le comité professionnel scientifique de la Fondation a examiné dix dossiers provenant de l’école supérieure des Beaux-Arts de Casablanca et de l’Institut national des Beaux-Arts de Tétouan, soulignant que le choix, qui "n’a été nullement subjectif mais basé sur des critères professionnels", a été porté sur Omayma El Guerssifi car "son travail sort de l’ordinaire et des schémas classiques de ce qu’on voit dans les écoles d’art, sans oublier la maîtrise de ce qu'elle fait". Mme Benchemsi a également tenu à expliquer qu’à travers l’attribution du "Prix Farid Belkahia", la Fondation vise à  permettre aux jeunes peintres, qui ont suivi une formation, d’avoir une structure d’accueil dès leur sortie des écoles d’art, soulignant que cette initiative est à même de les soutenir à "mettre les pieds sur l'étrier" et à avoir "une première visibilité" et "une chance supplémentaire de se faire découvrir et percer puisqu'ils constituent la continuité logique des arts plastiques".

Lundi 17 Septembre 2018

Lu 752 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés