Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nouvelle édition de la "Nuit des philosophes"




Le rideau s'est levé, vendredi à Rabat, sur la cinquième édition de la "Nuit des philosophes", organisée par l'Institut français du Maroc en présence d'une pléiade de penseurs, philosophes et artistes. Cette édition, qui a eu comme fil conducteur triptyque "Raison, passion et émotion", a connu la participation de plus de 30 grands penseurs, philosophes et artistes marocains et français qui ont échangé avec le public leurs vues, idées, arguments et utopies.
La conférence inaugurale de cette édition, qui a eu lieu à la Faculté des sciences de l'Université Mohammed V, a été assurée par Noureddine Saïl et Myriam Revault d'Allones, respectivement sur "Comprendre.." et "Sentir et agir avec les autres : la raison publique et les affects du vivre-ensemble".
Introduisant des philosophes des Lumières pour le grand public, M. Saïl a qualifié de "formidable" cette rencontre qui a réuni des centaines de personnes autour de la philosophie, invitant l’audience à s'intéresser davantage à cette démarche de réflexion "assez difficile". S'attardant sur le concept de la démocratie comme forme de société, Mme Revault d'Allones a indiqué que la formation de la société implique, outre son organisation juridico-politique, un horizon de sens et une expérience.
Approchée par la MAP à cette occasion, la directrice générale de l'Institut français du Maroc, Clélia Chevrier Kolačko a indiqué que l'objectif de cet événement culturel est de permettre à toutes les personnes de débattre, réfléchir librement, se poser des questions et s'entendre davantage entre elles, soulignant qu'il s'agit d'une priorité globale de l'Institut français du Maroc de faire vivre et revivre la philosophie au Maroc aujourd'hui.
Lors d'une conférence de presse, qui a précédé la conférence inaugurale, l'écrivain et dramaturge et commissaire de l'événement, Driss Ksikès a indiqué que faire dialoguer la philosophie avec les humanités, aussi bien avec la littérature qu'avec les sciences sociales, "c'est prendre le pari que la philosophie est transversale", relevant que cette démarche de réflexion constitue un socle pour les sciences.
Qualifiant la philosophie de "reine des sciences", le cinéaste et directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique et commissaire de l'événement, Jean-Claude Monod, a précisé que la philosophie qui se sépare des sciences risque de perdre le contact avec les modes de vérifications de mises à l'épreuve de ces énoncés , affirmant qu'une science qui se coupe de la philosophie risque de s’assécher.
Rappelons enfin que la Nuit des philosophes, s’est également tenue samedi à l'Institut français de Casablanca.

Libé
Lundi 12 Novembre 2018

Lu 268 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif