Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Naomi Osaka, la nouvelle égérie du Japon

Quand je vais au Japon, je ne me sens pas à la maison, j'ai l'impression que ce sont des vacances extra et je n'ai pas envie de repartir




Naomi Osaka a changé de statut samedi à New York: en devenant la première Japonaise à s'imposer en Grand Chelem, la jeune femme de 20 ans est instantanément devenue une légende dans son pays, où sa bonne humeur et sa candeur font merveille.
Et comme dans ses rêves les plus fous, la 19e joueuse mondiale (7e depuis hier lundi) a battu avec autorité (6-2, 6-4) son idole de jeunesse, Serena Williams, qui a perdu ses nerfs.
"Cela a toujours été mon rêve de jouer contre Serena en finale de l'US Open", a-t-elle dit sur le podium en recevant son trophée sur le court Artur-Ashe. Puis elle s'est tournée vers l'Américaine: "Je suis vraiment heureuse d'avoir pu jouer avec toi, merci".
Et d'ajouter ensuite en conférence de presse, toute en candeur: "Quand elle m'a serrée dans ses bras à la fin, je me suis sentie comme une enfant à nouveau".
La jeune femme n'avait même pas deux ans quand Serena Williams s'est imposée à New York pour la première fois, en 1999.
Née le 16 octobre 1997, à Osaka bien sûr, elle avait trois ans quand son père, Leonard, originaire d'Haïti, et sa mère, Tamaki, ont quitté le Japon pour venir s'installer à New York où il avait fait ses études. Et c'est son père, qui a rêvé d'une carrière dans le tennis pour ses deux filles en voyant le succès qu'avait obtenu Richard Williams avec Venus et Serena.
Plus jeune, Naomi Osaka a donc pu suivre l'exemple de sa grande soeur Mari, qui est également joueuse de tennis. Mais la carrière de cette dernière, émaillée de nombreuses blessures, n'a jamais vraiment décollé: elle ne pointe actuellement qu'à la 367e place mondiale.
Et pendant que sa cadette empochait 3,8 millions de dollars (3,2 millions d'euros) à New York, Mari a été éliminée cette semaine en quarts de finale d'un petit tournoi doté de 60.000 dollars en Suisse...
Mais cela n'empêche pas Naomi de se souvenir de l'époque où son aînée était la meilleure des deux: "Quand je m'entraînais avec mon père, si ma soeur n'avait pas été là, je ne sais pas si j'aurais tenu".
Dans leurs petits matches en une manche, "elle me battait 6-0 jusqu'à ce que j'aie 15 ans, et là je ne sais pas ce qui s'est passé mais un jour je l'ai battue 6-2. Je ne sais pas si on peut vraiment parler de rivalité quand quelqu'un vous écrase 6-0 pendant 15 ans...", a-t-elle encore souri.
Aujourd'hui basée en Floride, à Boca Raton, Naomi Osaka possède la double nationalité, japonaise et américaine. Un statut qui lui confère une certaine innocence, à en croire son entraîneur Sascha Bajin: ainsi, quand des reporters l'interrogent en japonais, elle répond en anglais, s'excusant de ne pas disposer d'assez de vocabulaire dans sa langue maternelle. Mais elle prend bien garde de ne pas se montrer irrespectueuse.
"Quand vous allez au Japon tout est extraordinaire et vous passez des moments inoubliables", dit-elle ainsi. "Tous les jours vous pouvez sortir et la nourriture est excellente. Quand je vais au Japon je ne me sens pas à la maison, j'ai l'impression que ce sont des vacances extra et je n'ai pas envie de repartir".
La jeune femme au coup droit surpuissant a fait ses débuts en Grand Chelem à l'Open d'Australie en 2016, sortant des qualifications pour aller jusqu'au 3e tour, battue par l'ancienne tenante du titre Victoria Azarenka.
Mais elle a réellement franchi un cap au printemps dernier quand, disciplinée par Sascha Bajin, ancien sparring-partner de... Serena Williams, Osaka a réussi à dompter sa puissance. Du haut de son 1,80 m, elle a ainsi remporté son premier titre significatif à Indian Wells, battant au passage Maria Sharapova et la N.1 mondiale Simona Halep. En sept matches dans le tournoi californien, elle n’a perdu qu'un seul set!
A Roland-Garros, elle était toutefois tombée au 3e tour contre Madison Keys, et à Wimbledon c'est la future vainqueure, Angelique Kerber, qui a mis fin à son parcours, également au 3e tour.
En revanche, Naomi Osaka demeure... invaincue contre Serena Williams, qu'elle a battue deux fois en deux matches !

Mercredi 12 Septembre 2018

Lu 669 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés