Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Marseille peut rêver de la finale




L'Olympique de Marseille n'est plus très loin de la finale d'Europa League à Lyon grâce à sa victoire sur Salzbourg (2-0) en demi-finale aller, jeudi, avec de la réussite et une gestion plus mûre des moments clefs. Deuxième rasade de Red Bull, 15 jours après le 5-2 passé à Leipzig.
Salzbourg a pourtant secoué l’OM, mais un but de Florian Thauvin (15), qui a touché le ballon de la main, et un magnifique contre éclair conduit par le "super sub" Clinton Njie (63) ont offert un net avantage aux Phocéens en vue du retour, jeudi prochain en Autriche. La dernière fois que Marseille a atteint la finale de la C3, en 2004, il avait aussi gagné 2-0, contre Newcastle, avec un doublé de Didier Drogba, mais c'était au retour (0-0 à l'aller). Mais les hommes de Rudi Garcia ne doivent pas chanter comme leur public qu'ils vont "tout casser" dans le stade de Jean-Michel Aulas le 16 mai. La victoire est bien payée, le RBS a du talent et n'est pas encore vaincu.L'Islandais Fredrik Gulbrandsen a fracassé le poteau (77), et l'arbitre écossais William Collum a probablement oublié un penalty pour une faute de Maxime Lopez sur Stefan Lainer (53).
La jeune équipe de Salzbourg n'a pas exploité ses moments forts, là où l’OM a fait mouche, grâce à ses leaders. Dimitri Payet a donné les deux passes décisives, Thauvin a joué de meilleurs matches cette saison, mais a marqué son 23e but cette saison toutes compétitions confondues. Adil Rami, lui, a souffert, mais son voisin de gauche, Jordan Amavi, a sorti un très gros match.

'Mimine' de Thauvin
Le plus à la peine a été le jeune Maxime Lopez. Le duo de récupérateurs qu'il formait avec Morgan Sanson est trop léger quand l’OM n'a pas assez le ballon. Le pressing de Salzbourg a souvent gêné les Marseillais.Mais ils ont su marquer sur leur premier temps fort. Sur un coup franc, Payet a trouvé "Flotov" au second poteau, qui a ouvert le score de la tête en profitant de la sortie avortée d'Alexander Walke, mais en touchant aussi le ballon de la main, une "mimine" probablement involontaire passée tellement inaperçue que les Autrichiens n'ont pas protesté.
L'OM marquait enfin un but à cette défense du Red Bull au bout du troisième match (1-0/0-0 en poules). Et Payet et Thauvin marquaient ensemble des points dans la course à la sélection pour la Coupe du monde.
Salzbourg, ville alpine, a été dangereuse surtout sur des slaloms, celui de Munas Dabbur (26) qui a malmené Rami mais n'a pas obtenu qu'un corner, et celui de Stefan Lainer, qui s'est promené dans la défense marseillaise avant d'adresser une frappe captée par Yohan Pelé (29).Le début de seconde période a été le moment le plus chaud pour l’OM. Les cœurs du Vélodrome ont cessé de battre plusieurs fois, sur une sortie à haut-risque de Yohann Pelé (48), une faute de Maxime Lopez sur Stefan Lainer dans la surface qui méritait penalty (53) et enfin une frappe de Hannes Wolf claquée par "l'Albatros" (53).
Le gardien marseillais s'est montré très sûr, après une ou deux frayeurs en début de match. Le diesel monte en puissance en enchaînant les matches.Pendant cette période difficile, l’OM a aussi perdu Lucas Ocampos, victime d'un coup à un genou et remplacé numériquement par Frank Anguissa (52). Quelques minutes plus tard, Rudi Garcia a ajusté son équipe, faisant entrer Clinton Njie à la place de Lopez pour occuper le côté gauche d'Ocampos.Le tonus camerounais a fait basculer le match du côté olympien.
Au départ de l'action d'un contrôle orienté, Njie a joué un une-deux longue mèche avec Payet, qui l'a resservi quelques secondes plus tard. Et là: nouveau contrôle orienté du Lion indomptable pour semer la faune dans la surface et enchaîner une frappe précise. Le stade, un brin crispé quand le taureau Red Bull tenait le ballon, a explosé et s'est remis à chanter à gorge déployée. Après les derniers coups de boutoir des Red Bulls, le Vélodrome bondé (62.328 spectateurs, nouveau record européen pour l’OM) a fini le match sur un gigantesque: "Hisse et ho!", pour saluer cette belle victoire, un brin chanceuse. Lyon n'a jamais été aussi près de Marseille.

Samedi 28 Avril 2018

Lu 134 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés