Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Marché de l'art : Contraction des ventes malgré une demande solide




Les prix des oeuvres d'art aux enchères ont continué de croître au premier semestre 2019 dans le monde, même si le volume des ventes s'est contracté fortement de 17,4%, les places principales étant fragilisées à l'exception de Hong Kong, "Mecque" de l'art asiatique.
Selon le rapport semestriel communiqué à l'AFP par Artprice, spécialiste des cotations sur le marché de l'art, les collectionneurs d'oeuvres remarquables, alors même que la demande reste solide, semblent attendre des moments plus favorables pour vendre.
Cette étude prend en compte les enchères publiques (frais acheteurs inclus) de "Fine Art" (peintures, sculptures, dessins, photographies, estampes, vidéos, installations et tapisseries), recensant 262.300 lots (+0.1%) vendus aux enchères dans le monde, pour un chiffre d'affaires cumulé de 6,98 milliards de dollars, soit 17,4% de moins qu'au premier semestre 2018.
Si 262.300 lots ont été vendus - une légère hausse de 0,1% -, la contraction du chiffre d'affaires est remarquable et affecte tous les plus grands marchés: USA (3,3 milliards USD, -20%), Chine (1,7 milliard USD, -12%), Royaume-Uni (1,4 milliard USD, -25%) mais aussi des marchés plus secondaires comme la France (329 millions USD, -12%).
L'art moderne (1860-1919) mais aussi l'art ancien n'ont pas proposé de chefs-d'oeuvre. Même le "Judith et Holopherne" de Caravage retrouvé à Toulouse a été retiré au dernier moment des enchères pour être vendu de gré à gré à un acquéreur américain.
L'indice global des prix a crû de 5%. Les prix de l'art contemporain augmentent de 40%. Il semble que certains collectionneurs attendent de mettre sur le marché des oeuvres dont les prix continuent de progresser.
Les taux d'intérêt négatifs ou voisins de zéro découragent aussi les vendeurs éventuels d'un Wahrol ou d'un Basquiat, alors que "l'attente du bon acheteur s'avère rémunératrice de plus-values", argumente à l'AFP le président d'Artprice Thierry Ehrmann.
"La demande ne désemplit pas, mais l'offre ne parvient plus à suivre le rythme en salles de ventes. Le marché de l'art tel qu'il s'est développé depuis 1975 a atteint ses limites structurelles", commente-t-il.

Libé
Samedi 3 Août 2019

Lu 1478 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Septembre 2020 - 18:55 Le secteur du livre affaibli par la pandémie

Vendredi 18 Septembre 2020 - 16:57 Décès de Mohamed Talal