Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ligue des champions : Le Wydad aspire à renverser la donne à Johannesburg

Coupe de la Confédération : Le Raja vise la confirmation à Casablanca


Ligue des champions : Le Wydad aspire à renverser la donne à Johannesburg
L’hypothèse optimiste d’un derby casablancais en Supercoupe d'Afrique paraît de moins en moins probable. Mais elle n’est pas pour autant inconcevable. A la différence du Raja de Casablanca, auteur d’un nul blanc en demi-finale aller de la Coupe de la Confédération sur la pelouse de Pyramids FC, le Wydad a quasiment hypothéqué ses chances de qualification en finale de la Ligue des champions, s’inclinant à domicile (0-1) face aux Sud-Africains de Kaizer Chiefs.

Cela dit, tous les espoirs sont encore permis pour le WAC, en déplacement avec son groupe au complet, samedi en Afrique du Sud (17h), mais aussi pour le Raja, privé de Hafidi (blessure musculaire) et d’Arjoun (suspension), lors de la réception des Egyptiens de Pyramids FC, dimanche soir (20h). Du moins, à condition de ne pas prendre au pied de la lettre les paroles du latéral gauche Mohamed Souboul, qui a déclaré qu’il fallait “oublier le match aller et se concentrer sur le suivant”.
 
Plus de justesse et de présence dans la surface
“Nous sommes déterminés à ramener la qualification de Johannesburg, malgré notre défaite au match aller face à un adversaire qui n’a eu qu’une seule occasion mais l’a concrétisée”, a assuré le coach tunisien du WAC, Faouzi Benzarti. Il aurait pu également secouer ses joueurs tant ils semblaient apathiques lors de la première manche. Sans audace et précision, difficile de marquer des buts et encore moins de gagner un match. La prestation du Wydad samedi dernier en est le parfait exemple.
Sur les 25 tirs tentés par les hommes de Benzarti, seuls 6 ont trouvé le cadre (24%). Une efficacité en berne confirmée par le score Xg (2,27). Autrement dit, le WAC aurait dû marquer au moins deux buts. Mais au vrai, les Rouges ont eu trop de déchets pour espérer l’emporter. En l'occurrence dans le dernier tiers adverse (101 ballons perdus). Dos au but, les attaquants du WAC ont quasiment perdu tous les ballons. L’idée est donc de retrouver une maîtrise technique, mais aussi de ne pas confondre vitesse et précipitation.

En effet, malgré une possession de 75%, le onze wydadi a manqué de patience et de discernement, ne dépassant pas cinq passes en moyenne par possession (4.6). Pour pallier cette problématique qui empêche clairement le jeu de progresser, il va falloir trouver des relais au milieu de terrain beaucoup plus proches du porteur, sans oublier d’alterner en écartant le jeu et les lignes défensives adverses au maximum pour offrir un peu plus d’espace et de temps aux attaquants. De plus, le Wydad n’aura d’autre choix que de mettre plus de monde dans la surface de réparation. El Kaabi à lui seul est incapable de peser sur la défense sud-africaine. Défensivement, justement, le WAC serait bien inspiré de surveiller les transitions adverses comme le lait sur le feu, et notamment les ailiers sudafs, mais aussi et surtout de régler l’alignement défensif sur les hors-jeu.
 
Mettre le pied sur le ballon
Lors du match aller, le Raja a laissé le ballon aux Egyptiens pour mieux les contrer. Mais cette stratégie qui a failli fonctionner en Egypte risque d'être contre-productive au Complexe Mohammed V de Casablanca. Si les Verts n’ont pas l’obligation de marquer pour se qualifier, il n’en reste pas moins qu’un but les mettrait à l'abri contre de probables regrets. Les protégés de Lassaad Chebbi se doivent de prendre le jeu à leur compte pour ne pas subir les évènements, comme ce fut le cas lors de la périlleuse seconde mi-temps dimanche dernier.

La première piste à exploiter est illustrée par Ben Malongo. Il y a une semaine, le Raja n’a centré qu’à 9 reprises (22% de réussite). Assez peu pour une équipe possédant un avant-centre dont le jeu de tête est l'atout principal. Pour une meilleure exploitation de cet avantage, Rahimi doit également être un peu plus juste dans ses déplacements, lui qui a pour habitude de se balader sur tout le front de l’attaque. En se rapprochant de Malongo, il pourra non seulement monopoliser un ou deux défenseurs adverses mais aussi être à l'affût d’un ballon dans la surface de réparation. Il en a eu deux samedi dernier, mais il les a vendangés. Charge à lui de régler la mire pour retrouver le chemin des filets.

Chady Chaabi

Libé
Samedi 26 Juin 2021

Lu 649 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 22 Octobre 2021 - 18:00 Tour d'Europe des stades Place au show

Vendredi 22 Octobre 2021 - 18:00 Ligue Europa: Les favoris assurent

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS