Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Lever de rideau sur la 31ème édition du FITUC




Lever de rideau sur la 31ème édition du FITUC
Le rideau a été levé, mardi soir, sur la 31ème édition du Festival international de théâtre universitaire de Casablanca (FITUC), avec la participation de troupes venues des quatre coins du monde autour du thème "Théâtre et changement".
Placée sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, ce festival rassemble les représentants de 13 pays, à savoir la France, invitée d'honneur, l'Allemagne, l'Italie, l'Ukraine, les Etats-Unis d'Amérique, le Mexique, la Chine, la Corée du Sud, la Guinée, la Côte d'Ivoire, l'Egypte, la Tunisie et le Maroc. La cérémonie inaugurale de cette manifestation culturelle d'envergure a été marquée par des hommages à quatre figures emblématiques de la scène dramatique marocaine, à savoir le professeur, acteur et réalisateur Rachid Fekkak, le scénariste et réalisateur Driss Idrissi, l'actrice Zahira Seddik et le dramaturge et réalisateur Zitouni Bouserhan.
Cette édition du FITUC revêt une  importance par rapport aux éditions précédentes, puisqu'elle marque le début d'une nouvelle phase de son histoire après 30 ans d’existence, a souligné, à cette occasion, Abdelkader Gonegai, président du festival et doyen de la Faculté des lettres et des sciences humaines Ben M’Sik - Université Hassan II de Casablanca.
Ce festival, a-t-il poursuivi, est resté, tout au long des éditions, fidèle aux principes et piliers de sa création, essentiellement la formation, l'ouverture sur le monde et le dialogue entre les cultures et les peuples, d'où la présence de participants d'Afrique, du monde arabe, d'Europe, d'Asie, d'Amérique et d'Amérique latine.  M. Gonegai a, en outre, mis l'accent sur l'importance du FITUC comme projet culturel et de développement pour l'université marocaine et la ville de Casablanca, tout en transmettant, au monde entier, l'image du Royaume en tant qu'espace de paix et de coexistence entre les cultures.  Pour sa part, la présidente de l'Université Hassan II de Casablanca, Aawatif Hayar, a souligné que "l'enseignement des arts prend de plus en plus de l’ampleur dans nos sociétés qui sont certes demandeuses de davantage de solutions technologiques, mais découvrent au fil des jours l'importance et le besoin de l'enseignement de l'art et de la culture".
"Nous sommes conscients à l'Université Hassan II de Casablanca de notre rôle pour former les jeunes dans ces disciplines et donner la chance aux étudiants issus de tous les milieux sociaux de pouvoir découvrir l'art et la culture", a-t-elle ajouté.
Mme Hayar a, par ailleurs, précisé que les activités du festival se dérouleront dans divers espaces, notamment le Complexe Moulay Rachid, la Faculté des lettres et des sciences humaines Ben M'Sik, le Complexe Sidi Belyout, le Complexe culturel Touria Sekkat et l'Institut français – Casablanca.
Lors cette manifestation culturelle, le public aura rendez-vous, jusqu'à dimanche prochain, avec une programmation riche et variée comprenant, outre les pièces théâtrales, l'organisation d'une table ronde et de master class et ateliers en faveur de plus de 250 étudiants marocains et étrangers.
La cérémonie d'ouverture, suivie par la présentation de la pièce "La basilique effacée" de la troupe française "Compagnie A Ciel Ouvert, Les Justes Causes", a été marquée par la présence de plusieurs personnalités, notamment le gouverneur de la préfecture d'arrondissements de Moulay Rachid, Jamal Makhtatar, le gouverneur de la préfecture des arrondissements de Ben M'Sik, Mohamed Nouchti, et Abdelhakim Artiba président de l'Université polytechnique Hauts-de-France.

Jeudi 4 Juillet 2019

Lu 927 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.