Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les résultats de la campagne agricole boostent la croissance économique




La croissance de l’économie nationale a tiré profit des résultats exceptionnels de la campagne agricole ainsi que des bonnes performances des secteurs secondaires et tertiaires, a souligné la Direction des études et des prévisions financières (DEPF), notant toutefois un bémol pour le BTP.
«Ces bonnes dispositions ont été confortées par les fondamentaux du marché intérieur notamment pour le pouvoir d’achat des ménages qui devrait s’améliorer en raison de l’évolution modérée du taux d’inflation et de la bonne tenue des revenus des ménages, en rapport, notamment, avec la bonne campagne agricole, la création de l’emploi rémunéré et une évolution positive des transferts des MRE », a relevé la DEPF dans sa dernière note de conjoncture datée du mois de septembre (N°247).
S’agissant  du secteur primaire, la DEPF a noté que la valeur ajoutée agricole s’est nettement redressée en 2017 contribuant significativement à la croissance économique nationale après une chute l’année précédente. 
Cette évolution a bénéficié « d’une très bonne production céréalière ainsi que de l’évolution favorable des autres filières, particulièrement l’activité de l’élevage qui aurait tiré profit de l’amélioration des fourrages et de la baisse des prix des aliments de bétail », a-t-elle expliqué. 
Pour rappel, la production définitive des trois principales céréales a atteint 96 millions de quintaux au titre de la campagne agricole 2016/2017, après 33,5 millions de quintaux pour la campagne précédente.
Notons, par ailleurs, que la valeur des exportations du secteur de l’agriculture et de l’agroalimentaire s’est affermie de 9%, en glissement annuel, au terme des huit premier mois de l’année 2017, selon ce département relevant du ministère de l’Economie et des Finances. Alors que le secteur de la pêche a enregistré une bonne tenue de la valeur de ses débarquements malgré la légère baisse du volume de ces débarquements, au terme des sept premiers mois de 2017.
En ce qui concerne les activités secondaires, celles-ci ont été marquées par une bonne dynamique du secteur des phosphates et dérivés dont le volume de production s’est accru, en variation annuelle, de 52,4% durant les deux premiers mois du deuxième trimestre de 2017, après +7% un trimestre plus tôt. On notera aussi la bonne tenue du secteur de l’énergie électrique à fin juillet qui a enregistré une augmentation au niveau de la production nationale de 2,1%, en glissement annuel, après +0,4% un an auparavant. 
En revanche, les ventes de ciment ont connu un recul en août dernier, après la forte reprise enregistrée le mois précédent. « La tendance baissière des ventes de ciment, principal baromètre du secteur du BTP, reprend durant le mois d’août 2017 avec un recul de 10,3%, en une année, après la forte reprise de 42,2% un mois plus tôt et qui a concerné l’ensemble des régions du Royaume », a précisé la DEPF.
C’est ainsi que le cumul des ventes de ciment au terme des huit premiers mois de 2017 s’est  trouvé replié de 4,9%, après une augmentation de 2,1% un an auparavant.
Dans sa note, la DEPF a fait aussi état de l’évolution globalement favorable du secteur manufacturier au terme du deuxième trimestre 2017. Un dynamisme que l’on retrouve également dans le secteur tertiaire où « les indicateurs touristiques continuent sur leur lancée avec une croissance remarquable réalisée le long des sept premiers mois de l’année 2017 ».
De son côté, le secteur des télécommunications a été marqué par une évolution favorable au terme du premier semestre 2017, tout comme l’activité de transport aérien dont « le trafic de passagers maintient sa bonne dynamique d’un mois à l’autre pour se solder sur une augmentation, en glissement annuel, de 11,5% au terme des sept premiers mois de 2017 ». C’est pareil pour l’activité des ports gérés par l’ANP, qui s’est renforcée, en volume, de 7,7%, en glissement annuel, au terme des sept premiers mois de 2017.
Soulignons enfin qu’au niveau de la demande intérieure, la consommation des ménages devrait tirer profit de l’évolution relativement faible des prix à la consommation, conjuguée à une amélioration des revenus des ménages, en lien, notamment, avec les résultats exceptionnels de la campagne agricole 2016/2017, l’amélioration des transferts des MRE, des crédits à la consommation et de la situation du marché de travail. 

Alain Bouithy
Lundi 2 Octobre 2017

Lu 926 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.