Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les recettes fiscales affichent un bon comportement

Le déficit budgétaire a atteint 29,5 MM.DH au premier semestre


Alain Bouithy
Mercredi 14 Juillet 2021

Au premier semestre 2021, l’exécution des prévisions de la loi de finances (LF) laisse apparaitre un déficit budgétaire de 29,5 MM.DH, quasiment au même niveau que celui dégagé à la même période en 2020. « La situation des charges et ressources du Trésor au titre du premier semestre de l’année en cours fait ressortir un déficit budgétaire de 29,5 MM.DH, contre un déficit de 29 MM.DH à la même période de 2020 », souligne le ministère de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’Administration (MEFRA) rappelant que le déficit, à fin juin 2020, intégrait un excédent de 15,3 MM.DH au titre du Fonds spécial pour la gestion de la pandémie Covid-19. Selon ce document statistique, établi par le ministère de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’Administration,« cette situation devrait être analysée en tenant compte d’un effet de base lié à l’impact sur les recettesfiscales de l’arrêt brutal de l’activité en 2020 (notamment durant la période du confinement) et de la mobilisation, en 2020, de recettes exceptionnelles importantes dans le cadre du Fonds spécial pour la gestion de la pandémie Covid-19 ». La même source relève que son analyse tient également compte des signes de redressement de l’activité économique, perceptibles à partir du premier trimestre 2021. Il faut dire que cette situation intervient dans un contexte marqué notamment par une bonne campagne agricole, la reprise de la demande intérieure et le déroulement de la campagne de vaccination dans des conditions favorables. Une situation qui tient compte, en outre, de l’assouplissement des mesures de restriction sanitaires observées au cours du mois de juin dernier. Ainsi, sur une base nette des remboursements, dégrèvements et restitutions fiscaux, les recettes ont enregistré une hausse de près de 10,8 MM.DH comparativement à fin juin 2020 et un taux de réalisation de 50,4% par rapport aux prévisions de la loi de finances (LF). A l’exception de l’IS qui a reculé de 3 MM.DH ou 11,8%, en raison, notamment, de la baisse de l’activité en 2020, le ministère de l’Economie indique que les recettes fiscales ont affiché un bon comportement.Elles se sont en effet inscrites en hausse de 8,4% pour s’établir à 8,3 MM.DH, enregistrant ainsi un taux de réalisation de 55,2%. « Cette augmentation est de 11,8 MM.DH ou 12%, si l’on tient compte de la contribution de solidarité affectée, en 2021, au Fonds d’appui à la protection sociale et à la cohésion sociale », précise le MEFRA. Les recettes non fiscales, qui se sont élevées à 9,8 MM.DH contre 8,4 MM.DH à fin juin 2020, proviennent (à hauteur de 5,2 MM.DH) « des produits provenant des établissements et entreprises publics, notamment au titre des dividendes de l’Agence nationale de la conservation foncière, du cadastre et de la cartographie (2 MM.DH) et de l’OCP (2 MM.DH) », explique le Ministère. En ce qui concerne les dépenses ordinaires, l’exécution de celles-ci fait ressortir une hausse 5,4% à 6,6 MM.DH et un taux d’exécution de 51,8%. Cette évolution est attribuée à « la hausse des dépenses de biens et services de 4,2 MM.DH, dont 4,5 MM.DH au titre des dépenses de personnel, notamment sous l’effet des rappels (+2,5 MM.DH) et des mesures de la troisième tranche de l’augmentation des salaires décidée en 2019 dans le cadre du dialogue social », souligne-t-on. S’agissant des dépenses au titre des « autres biens et services », il apparait qu’elles ont, en revanche, accusé un léger recul de 0,3 MM.DH. Quant à la charge de la compensation, elle s’est améliorée de 1,6 MM.DH en raison notamment de la hausse du cours du gaz butane qui a atteint une moyenne de 530,01 $/T, poursuit le document notant, par ailleurs, que les intérêts de la dette sont ressortis en hausse de 697 M.DH. Comme le relève le MEFRA, « ces évolutions des recettes et des dépenses ordinaires se sont traduites par un solde ordinaire négatif de 8,4 MM.DH contre -12,7 MM.DH à fin juin 2020, soit une amélioration de 4,2 MM.DH ». Concernant les dépenses d’investissement, il ressort que les émissions ont atteint 31,8 MM.DH, soit quasiment le même niveau qu’à fin juin 2020 », note le document soulignant que, comparativement aux prévisions de la LF 2021, leur taux de réalisation s’est établi à 46,7%. Il est à souligner que les comptes spéciaux du Trésor ont fait ressortir un solde excédentaire de 10,7 MM.DH contre 15,3 MM.DH à fin juin 2020. Si l’on tient compte de ces évolutions et d’une réduction des opérations en instance de 18,2 MM.DH, « la situation des charges et ressources du Trésor dégage un besoin de financement de l’ordre de 47,8 MM.DH », conclut le ministère. 


Lu 221 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 24 Janvier 2022 - 19:45 Fort recul des importations des céréales

Lundi 24 Janvier 2022 - 18:48 Le dirham quasi-stable face à l'euro

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS