Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les particularités du roman maghrébin au cœur d'une rencontre au SIEL




Des écrivains maghrébins ont exposé, samedi à Casablanca, les particularités du roman maghrébin et la convergence de leurs ambitions thématiques, artistiques et esthétiques. Lors de cette conférence organisée en marge de la 23ème édition du Salon international de l’édition et du livre (SIEL) sous le signe "Des romanciers avec des perspectives maghrébines", les participants ont mis l’accent sur la réalité culturelle maghrébine, ainsi que les ambitions et les projets littéraires qui contribuent efficacement à la consolidation de la qualité du roman maghrébin et à la promotion du mouvement culturel en général dans la région. À cet égard, l'écrivain tunisien Hassouna Mosbahi a présenté les particularités du roman tunisien, tout en abordant plusieurs œuvres romanesques qui relatent la vie des citoyens tunisiens durant différentes périodes. Il a également mis en exergue l’influence du roman sur le mouvement culturel tunisien, ajoutant que les particularités et les caractéristiques de ce genre littéraire ont connu des mutations dues à une série d'événements politiques et socioéconomiques. Pour sa part, le romancier algérien Wassini Laaraj a fait savoir que les écrivains contemporains se distinguent de ceux appartenant à la génération pionnière du roman maghrébin par leurs style et méthodes.
Il s'est également attardé sur les concepts d'humanisation dans le roman, mettant en lumière à cet égard des personnages historiques qui ont inspiré des écritures romanesque. Il a, en outre, abordé la véracité des événements historiques, la façon de réécrire la mémoire, la réalité arabe et l'influence de la dimension stratégique et politique.  M. Laaraj a, aussi, mis en avant le rôle de la littérature et du roman maghrébins en tant que facteur de changement à même de fournir un environnement civilisé, intellectuel et culturel digne de l'héritage historique de cette région.
De son côté, l'écrivain marocain Mohamed Berrada a indiqué qu’en dépit de leur rapprochement, les différentes communautés préservent leurs particularités, soulignant l'importance de la forme et la nécessité de la dimension universelle dans l'écriture romanesque. Il a, par ailleurs, mis l’accent sur l’importance du roman pour faire face à la situation arabe actuelle et explorer des perspectives plus propices à un avenir meilleur. L’écrivain marocain Youssef Fadel a, quant à lui, passé en revue les particularités du roman et ses divergences et convergences avec le texte théâtral, mettant en relief les diverses sensations que lui inspire l’écriture romanesque, allant de la peur à la force.

Mercredi 15 Février 2017

Lu 482 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs