Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les droits TV de la Premier League en baisse




Les droits TV de la Premier League en baisse
Les droits TV domestiques 2019-2022 du Championnat d'Angleterre sont en baisse après la vente des cinq premiers lots (sur sept), ont annoncé mardi la chaîne sportive Sky Sports, principal diffuseur, et la Premier League, dont les clubs ne devraient toutefois pas voir leurs revenus TV diminuer.
Au total, Sky et BT Sports, autre diffuseur, ont dépensé 4,464 milliards de livres, soit un peu plus de 5 milliards d'euros, pour acheter 168 matches. La vente a pour l'instant rapporté 700 millions de livres (785 M EUR environ) de moins que lors du présent accord conclu en 2015 et courant jusqu'à la fin de la saison prochaine.
Mais avec 40 matches encore à vendre, la Premier League peut encore égaler voire dépasser les 5,1 milliards de livres du précédent accord conclu en 2015.
Après la vente des cinq premiers lots, le prix moyen par match déboursé par les diffuseurs est passé de 10,2 millions de livres (11,5 M EUR) à 9,3 millions (10,5 M EUR).
Principal partenaire de la ligue depuis sa création en 1992, Sky s'est à nouveau taillé la part du lion avec la diffusion des matches du vendredi, dimanche, lundi, ainsi que l'affiche du "Tea Time" le samedi (17h30) en plus des huit matches du samedi soir, une nouveauté pour la saison 2019-2020.
"Sky a choisi de payer 1,193 milliard de livres par an pour le nouvel accord, soit 199 millions de livres en moins annuellement, soit une réduction de coût par match de 16% par rapport à l'accord actuellement en vigueur", a écrit Sky dans un communiqué.
Les acquéreurs des deux derniers lots domestiques, qui comprennent les matches des journées de championnat en milieu de semaine et les matches lors des jours fériés, seront dévoilés jeudi.
Si Sky Sports n'a pas fait de commentaire quant à son intention sur les deux derniers lots, BT Sport a elle annoncé qu'elle allait "continuer à s'engager" dans la poursuite des 40 derniers matches.
Selon plusieurs médias britanniques le mois dernier, les géants de l'Internet Amazon et Facebook se sont montrés intéressés par l'acquisition de certains lots. Si pour l'instant les droits domestiques sont restés possession des opérateurs traditionnels, la Premier League a annoncé que de "multiples enchérisseurs" avaient fait part de leur intérêt.
Au total, les clubs de Premier League ne devraient toutefois pas voir une baisse de leurs revenus TV.
Ces lots domestiques ne concernent en effet pas les droits à l'international. Ceux-ci avaient rapporté 3 milliards de livres (3,4 milliards d'euros) à la Premier League pour 2016-2019 et les premiers accords régionaux conclus par la Premier League pour 2019-2022 ont été plus importants que les précédents.

Jeudi 15 Février 2018

Lu 459 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés