Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le sélectionneur Tite garde la confiance de la fédération brésilienne




La Seleçao mise sur la continuité: l'entraîneur Tite, en place depuis 2016, va rester sélectionneur du Brésil jusqu'au Mondial-2022, en dépit de l'élimination en quarts de finale du Mondial-2018, a annoncé la Fédération brésilienne de football (CBF) mercredi.
 "La CBF a renouvelé le contrat avec l'entraîneur Tite (...) jusqu'à la fin de la Coupe du monde 2022 au Qatar", affirme la CBF dans un communiqué, faisant de celui-ci le premier sélectionneur de l'équipe nationale à être reconduit dans ses fonctions après une élimination en Coupe du monde, depuis Claudio Coutinho en 1978.
"La CBF investit dans un projet à long terme pour garantir au staff six ans et demi en charge de la Seleçao. Nous pensons que cette planification minutieuse apportera au football brésilien les résultats que nous attendons", a déclaré le directeur exécutif de la CBF, Rogério Caboclo.
De 2016, année de l'arrivée de Tite après le limogeage de Dunga, jusqu'à la fin de l'année 2022 et du Mondial au Qatar prévu en hiver, cela fera en effet plus de six ans pour un seul et même coach, un cas très rare dans un Brésil qui met tant de pression sur sa Seleçao, ses stars et ses dirigeants.
"La Fédération nous a donné les conditions pour construire un environnement d'union et de professionalisme. C'est un grand défi et nous sommes heureux d'y faire face, déjà concentrés sur nos prochains matches et compétitions", a réagi Tite, âgé de 57 ans, dans un communiqué publié sur le site Internet de la CBF.
Il sera sur le banc de la Seleçao pour une série de matches amicaux, le prochain contre les Etats-Unis, le 7 septembre, à East Rutherford (New Jersey)... Avant son premier grand défi: la Copa América de 2019, qui aura lieu au Brésil.
Une compétition à domicile qui tombe bien pour faire oublier la défaite 2-1 face à la Belgique en quarts du Mondial en Russie. Une rencontre qui a mis en évidence des carences tactiques face à des Diables Rouges qui ont parfaitement joué le coup en contre.
Malgré tout, Tite a quelques chiffres pour lui. Depuis qu'il a pris les rênes des Auriverdes, il a obtenu vingt victoires en 26 matches, pour 4 nuls et seulement 2 défaites.
Lui qui avait la dure mission de redonner confiance aux supporters traumatisés par l'humiliation 7-1 du Brésil face à l'Allemagne à domicile en demi-finale de "son" Mondial en 2014, est également accrédité d'un parcours remarquable lors des qualifications pour celui de 2018.
Quand il en a pris les commandes, la Seleçao occupait seulement la sixième place du Groupe Amsud, en dehors de la zone de qualification.
Mais sous la houlette de l'ex-entraîneur des Corinthians, Neymar et compagnie ont enchaîné les victoires et ont validé leur billet pour la Russie à trois journées de la fin.
L'une de ses premières décisions a été de retirer le brassard de capitaine à Neymar, à la demande de l'intéressé, souhaitant être délesté d'une partie de la pression qui pèse sur ses épaules.
Tite a dès lors instauré un capitanat tournant, le brassard étant attribué à un joueur différent à chaque match.
De son vrai nom Adenor Leonardo Bacchi, Tite, originaire du sud de Brésil, a fait une modeste carrière de joueur professionnel avant que des problèmes de genou ne l'obligent à raccrocher les crampons.
En tant qu'entraîneur, il a débuté à la tête de petits clubs de sa région, avant de gravir progressivement les échelons jusqu'à se couvrir de gloire avec les Corinthians.
A la tête du club pauliste, Tite a tout gagné, remportant notamment deux championnats brésiliens (2011 et 2015) et surtout le titre continental inédit en Copa Libertadores (2012), suivi du Mondial des clubs, avec une victoire 1-0 sur Chelsea, au Japon.
Tout un peuple doit désormais souhaiter qu'il ait le même parcours en sélection, pour devenir celui qui ramènera en 2022 une sixième étoile sur le maillot de la Seleçao. Vingt ans après le dernier sacre.

Les prétendants à la succession de Cuper

Quatre entraîneurs sont en lice pour remplacer l'argentin Hector Cuper comme sélectionneur de l'Egypte, éliminée au premier tour du Mondial-2018 en juin, a annoncé tard mardi la fédération nationale (EFA).
Le choix se fera entre l'Espagnol Quique Sanchez Flores, le Mexicain Javier Aguirre, le Bosnien Vahid Halilhodzic et le Colombien Jorge Luis Pinto.
Dans un tweet, l'EFA a annoncé la mise en place d'une commission, formée notamment d'anciens internationaux égyptiens, pour désigner le nouvel homme fort des Pharaons.
Ces quatre vétérans ont entraîné plusieurs grandes équipes: Sanchez Flores (Atletico, Benfica, Valencia), Aguirre (Mexique, Japon), Halilhodzic (Algérie, Côte d'Ivoire, Japon), Pinto (Costa Rica, Colombie, Honduras).
Hector Cuper, remercié après la Coupe du monde en Russie, avait pris la tête des Pharaons en 2015. Il avait mené l'Egypte en finale de la Coupe d'Afrique des nations en 2017 au Gabon, perdant contre le Cameroun.
Sous sa houlette, les Pharaons s'étaient qualifiés pour la Coupe du monde pour la première fois depuis 28 ans.
Lors du Mondial en Russie, les Pharaons ont perdu leurs trois matches du groupe A contre l'Uruguay (0-1), la Russie (1-3) et l'Arabie Saoudite (1-2).

Vendredi 27 Juillet 2018

Lu 446 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 19 Septembre 2020 - 19:45 Rude épreuve doukkalie pour le Raja et le Wydad

Vendredi 18 Septembre 2020 - 19:59 La Juve en quête d' un 10ème titre de suite

Vendredi 18 Septembre 2020 - 14:00 Roland-Garros rattrapé par la réalité du Covid-19