Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le patrimoine soufi, sous les feux des projecteurs au Festival “Joudour” d’Essaouira




Le Festival "Joudour'' (Racines), un événement éclectique dédié aux confréries et Tariqas soufies et à la musique transe, a soufflé sa troisième bougie, jeudi à Dar Souiri, à Essaouira. Initiée par l'Association Racines pour l'art et la culture, avec le concours de plusieurs partenaires, cette nouvelle édition est placée sous le signe ''Le soufisme marocain et ses propagations à travers les pays de l'Afrique subsaharienne''.
La séance d'ouverture a été marquée par l'organisation d'un colloque animé par une pléiade de chercheurs et de professeurs dans différentes disciplines, avec au menu une série d'exposés et de présentations traitant de thématiques qui gravitent autour du soufisme marocain et de ses extensions naturelles vers l'Afrique subsaharienne. Tout en remontant l'histoire des confréries soufies au Maroc et leurs littératures riches en enseignements, les différents intervenants ont insisté sur le rôle pionnier que les Zaouias avaient joué dans le raffermissement de l'ancrage du Maroc en Afrique, et ce depuis de longs siècles, avec tout ce que cela avait engendré comme diffusion des valeurs de l'islam du juste milieu, tel que fondé sur le rite malékite et le dogme achâarite. Les débats ont porté également sur le rôle rayonnant qu'avait joué Mogador comme passerelle entre le Nord et le Sud sur les plans civilisationnel, culturel, spirituel, économique voire politique, avec un focus sur l'ère du commerce caravanier entre Tombouctou et Mogador, et comment ces échanges commerciaux avaient contribué à la consolidation des liens entre le Maroc et l'Afrique de l’Ouest. Ils ont, en outre, puisé dans les archives et annales de l'histoire, différentes preuves à l'appui, pour démontrer la solidité des liens entre le Maroc et l'Afrique et comment le Royaume dispose tout naturellement, et depuis des ères lointaines, d'une légitimité historique inébranlable sur son Sahara. Pour des raisons de proximité et afin de mieux contribuer à l'animation de la cité des Alizés, cette troisième édition investira plusieurs espaces parmi les plus emblématiques de la médina, à savoir l'espace ''Ziryab'', ''Dar Souiri'', la Place Moulay El Hassan, ainsi que les locaux de moult confréries de la ville. L'organisation de ce Festival s'inscrit en droite ligne avec la vocation du Maroc en tant que terre des valeurs humaines les plus ancrées de paix, de solidarité, d'ouverture et de tolérance, a confié à la MAP, Abdellah Bouchfira, président de l'Association "Racines pour l'art et la culture", faisant observer que la finalité est de contribuer à la pérennisation de cette vocation du Royaume. L'ambition du Festival est, en outre, de révéler l'apport artistique et culturel des confréries soufies et leur rôle dans le domaine des musiques de transe et du monde, a-t-il expliqué, estimant que la ville d'Essaouira et son histoire riche de cette culture ne peuvent que mettre en valeur la grandeur et la diversité du patrimoine national.

Samedi 30 Mars 2019

Lu 797 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com