Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le développement des plateformes numériques de travail nécessite une concertation politique internationale

Relever les défis et saisir les opportunités du monde du travail qui découlent des transformations associées aux technologies numériques


Alain Bouithy
Lundi 1 Mars 2021

«Le développement des plateformes numériques de travail constitue à la fois une opportunité et un défi pour les travailleurs et pour les entreprises», selon l’Organisation internationale du travail (OIT). «Les plateformes numériques de travail ouvrent des possibilités qui n’existaient pas auparavant, notamment pour les femmes, pour les jeunes, pour les personnes en situation de handicap ainsi que pour les populations marginalisées à travers le monde», a affirmé le directeur général de cette agence onusienne, Guy Ryder, estimant que cela doit être accueilli favorablement. Selon la dernière édition du rapport de l’OIT, intitulé «Emploi et questions sociales dans le monde 2021 : Le rôle des plateformes numériques dans la transformation du monde du travail», elles sont considérées comme un gisement prometteur de nouveaux emplois dans les pays en développement en particulier. Ce qui conduit de nombreux gouvernements à investir dans les infrastructures et les compétences numériques. Dans ce document, l’agence des Nations unies ajoute que «les plateformes numériques permettent également aux entreprises d’accéder à une main-d’œuvre abondante et flexible aux compétences diverses, tout en augmentant la base de leur clientèle». En effet, «les entreprises peuvent utiliser ces plateformes pour accéder à une main-d’œuvre mondiale et locale afin d’améliorer leur efficacité et leur productivité, et obtenir de meilleurs débouchés commerciaux», souligne le rapport qui s’appuie sur les résultats d’enquêtes et d’entretiens menés auprès de quelque 12.000 travailleurs et représentants de 85 entreprises du monde entier dans de nombreux secteurs. Comme le font savoir les auteurs dudit rapport, ces dix dernières années, les plateformes numériques de travail ont été multipliées par cinq à travers le monde. Mais à l’agence des Nations unies, on estime qu’«une telle croissance souligne la nécessité d’une concertation politique au niveau international et d’une coopération dans le domaine de la réglementation afin d’offrir des possibilités d’emplois décents et de favoriser le développement d’entreprises durables de manière plus importante». Comme le précise Guy Ryder, les nouveaux défis que soulèvent les plateformes numériques de travail «peuvent être relevés par le dialogue social au niveau international afin que les travailleurs, les employeurs et les gouvernements puissent bénéficier de ces avancées pleinement et de manière égale». En plus de ces explications, le directeur général de l’OIT estime que «tous les travailleurs, quel que soit leur statut professionnel, doivent être en mesure d’exercer leurs droits fondamentaux au travail». En conséquence, et étant donné que les plateformes exercent leurs opérations dans des cadres juridiques multiples, l’organisation internationale soutient dans cet important rapport que «des politiques cohérentes et coordonnées sont nécessaires». Aussi, l’OIT soutient que «le dialogue et la coordination politiques au niveau international sont essentiels pour garantir la sécurité réglementaire et l’applicabilité des normes du travail universelles, étant donné la diversité des mesures adoptées par les pays et les plateformes». A ce propos, il sied de préciser que les travailleurs des plateformes numériques doivent relever bon nombre de défis : les conditions de travail, la régularité du travail et des revenus ainsi que l’absence d’accès à la protection sociale et aux droits à la liberté syndicale et à la négociation collective. Si les horaires de travail peuvent s’avérer longs et imprévisibles, le rapport note également que la moitié des travailleurs des plateformes en ligne gagnent moins de 2 dollars de l’heure. A ces deux préoccupations, il faut ajouter le fait que certaines plateformes pratiquent des écarts de salaires basés sur le genre, poursuit le rapport. Lequel se décline en deux types de plateformes numériques de travail : les plateformes en ligne, où les tâches sont effectuées en ligne et à distance par les travailleurs, et les plateformes géolocalisées, où les tâches sont accomplies à un endroit physique bien précis par des personnes, comme les chauffeurs de taxi et les livreurs, souligne l’agence dans un communiqué. 


Lu 250 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 21 Janvier 2022 - 17:05 L’IPC annuel moyen a grimpé de 1,4% en 2021

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS