Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le déficit budgétaire ressort à 12,6 MM DH à fin février

Les recettes fiscales ont accusé une baisse de 0,6 MM.DH


Alain Bouithy
Mardi 16 Mars 2021

La situation des charges et ressources du Trésor (SCRT) à fin février 2021, établie par le ministère de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’administration, laisse apparaître un déficit budgétaire de 12,6 MM DH. Selon le MEFRA, « l’exécution de la loi de Finances (LF) à fin février 2021 fait ressortir un déficit budgétaire de 12,6 MM.DH, quasiment au même niveau que celui dégagé à la même période de 2020, dont les résultats n’avaient pas encore subi les effets de la pandémie de Covid-19 ». Dans une note publiée récemment, le ministère de l’Economie et des Finances indique que cette stabilité du déficit recouvre une hausse de 0,3 MM DH des recettes, une baisse de 2,1 MM DH des dépenses et un recul de 2,7 MM DH de l’excédent des comptes spéciaux du Trésor. Selon le document statistique, qui présente les résultats de l’exécution des prévisions de la loi de Finances avec une comparaison par rapport aux réalisations de la même période de l’année précédente, la hausse des recettes résulte principalement des recettes non fiscales (+0,7 MM DH) suite au versement de 0,5 MM DH par l’Agence nationale de la conservation foncière, du cadastre et de la cartographie au titre des dividendes de 2020. La même source note en revanche que les recettes fiscales ont accusé une baisse de 0,6 MM.DH, suite notamment aux taxes intérieures de consommation (TIC) (- 0,9 MM DH), à la TVA à l’importation (-0,4 MM DH) et aux droits d’enregistrement et de timbre (-0,4 MM DH). Dans sa note, le ministère de l’Economie et des Finances explique que « cette baisse a été partiellement atténuée par la hausse des recettes au titre de l’IR (+0,7 MM DH) et de la TVA à l’intérieur (+0,4 MM DH) ». En ce qui concerne les recettes de l’IS et des droits de douane, les données montrent qu’elles sont restées quasiment stables par rapport au même mois de l’année écoulée en s’établissant respectivement à 2,2 MM DH et 1,7 MM DH. Poursuivant son analyse de la situation des charges et ressources du Trésor, le ministère ajoute que « l’appréciation du comportement des recettes fiscales à fin février 2021 devrait tenir compte du fait que la période de comparaison (fin février 2020) n’intégrait pas encore l’effet Covid-19 ». S’agissant des dépenses ordinaires, les chiffres laissent apparaître une baisse de près de 1,1 MM DH. Comme l’explique la note du ministère, «cette évolution recouvre, d’une part, un repli des dépenses au titre des autres biens et services (-1,5 MM DH) et des intérêts de la dette (-0,5 MM DH) et, d’autre part, une hausse de 814 M DH des charges de personnel sous l’effet notamment des mesures de la 3ème phase du dialogue social ». Précisons qu’à fin février 2021, la charge de la compensation s’est située à 2,9 MM.DH contre 2,8 MM.DH au titre de la même période de l’exercice précédent. Elle est ainsi restée relativement stable. Pour le ministère de l’Economie et des Finances, « ces évolutions des recettes et des dépenses ordinaires se sont traduites par un solde ordinaire négatif de 7 MM DH, en légère amélioration par rapport à celui dégagé à fin février 2020 (-8,4 MM DH) ». S’agissant des émissions au titre des dépenses d’investissement, il apparaît qu’elles se sont établies à 15,2 MM DH, s’inscrivant ainsi en baisse de 1,1 MM DH, selon le document produit par le MEFRA qui précise que, « comparativement aux prévisions de la LF 2021, leur taux de réalisation s’est élevé à 22,3% ». Quant aux comptes spéciaux du Trésor, il ressort qu’ils ont parallèlement dégagé un solde excédentaire de 9,6 MM DH, en baisse de 2,7 MM.DH par rapport à février 2020 ; en raison essentiellement du solde négatif de 1,8 MM DH enregistré par le Fonds de gestion de la pandémie de Covid19, lequel s’explique, à hauteur de 1,7 MM DH, par le coût d’acquisition des vaccins contre la Covid19. Tenant compte de ces évolutions et de la baisse des opérations en instance de 0,9 MM.DH, le ministère de l’Economie et des Finances conclut que la situation des charges et ressources du Trésor dégage un besoin de financement de l’ordre de 13,4 MM DH, contre 16,8 MMDH à fin février 2020. Selon ce département, « le besoin, augmenté de la baisse des dépôts au Trésor (2,2 MM DH), a été couvert par le recours au marché de la dette intérieure et la mobilisation de financements extérieurs pour des flux nets respectifs de 9,7 MM DH et 3,7 MM DH ainsi que par le retour sur placements pour un montant net de 0,6 MM DH ». 


Lu 508 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 24 Janvier 2022 - 19:45 Fort recul des importations des céréales

Lundi 24 Janvier 2022 - 18:48 Le dirham quasi-stable face à l'euro

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS